Archives pour l'étiquette tricot sur mesure

Etude des morphologies : l’ovale (ou le rond)

Dans la série « Etude des morphologies », je vais tenter de vous présenter à chaque fois un type de morphologie, et les conseils de style adapté pour le mettre en valeur. Aujourd’hui, on étudie ensemble l’ovale / le rond / le « O ». On trouve différentes variantes, pour certains, le rond et l’ovale sont différent. On trouve un peu de tout franchement… J’ai simplifié en les regroupant ensemble.

L’ovale : signes distinctifs

  • Des rondeurs sur le ventre et les hanches principalement
  • Une poitrine généreuse, des hanches plus larges que le haut
  • une taille peu marquée

 Les règles en habillement

  • Les cols en V et carrés pour mettre en valeur cou et décolleté,
  • Les robes, les chemises longues et les tuniques légèrement vaporeuses avec une ceinture en dessous de la poitrine, les coupes droites pour les vêtements du bas,
  • Les robes Empire, les coupes droites pour les vêtements du bas, bien que le jean à coupe « bootcut » soit parfois recommandé.
  • Les rayures verticales très fine, les couleurs claires en haut et sombres en bas.
  • Les talons moyens (entre 4 et 7 cm) pour allonger la silhouette.

Vous pouvez jouer avec les ceintures larges, pour donner une forme plus présente à votre taille peu marquée. Tentez de la mettre sous votre poitrine ou sur la taille, en fonction de ce qui vous semble le plus harmonieux.

lire la suite

La méthode contiguous

Aujourd’hui, j’ai envie de prendre le temps de décrire en détail une autre méthode de construction du haut vers le bas : la méthode « Contiguous ». J’avais abordé dans un billet précédent les méthodes classiques. Il est temps à présent de traiter de l’une des méthodes les plus en « vogue » ces dernières années chez les créateurs anglais et américains.

Le concept

Le contiguous est une méthode développée par Suzie Myers.Tout le monde peut l’utiliser evidemment. Toute personne qui fait un patron basé sur ce type de construction doit citer l’auteur. Vous trouverez les explication de la méthode en anglais ici. Systemeb a obtenu l’autorisation de l’auteur pour la publier en français. Enfin, vous avez une page qui liste tous les patrons de tricot qui utilisent cette méthode.

lire la suite

Etude des morphologies : le rectangle

Dans la série « Etude des morphologies », je vais tenter de vous présenter à chaque fois un type de morphologie, et les conseils de style adapté pour le mettre en valeur. Aujourd’hui, on étudie ensemble le rectangle.

Le rectangle : signes distinctifs

  • Une silhouette avec une taille peu marquée
  • Un bassin et des épaules à peu près de la même largeur
  • En général, s’accompagne d’une stature grande et élancée.

 Les règles en habillement

Ces « règles » se rapprochent quelque part de celles de la silhouette en V ou triangle inversé.

Votre objectif : faire ressortir les épaules, la taille, la poitrine et les hanches, en jouant sur des formes qui attirent l’oeil à ces endroits. Plusieurs options sont possibles, en fonction de vos goûts :

lire la suite

Etude des morphologies : le « V »

Dans la série « Etude des morphologies », je vais tenter de vous présenter à chaque fois un type de morphologie, et les conseils de style adapté pour le mettre en valeur. Aujourd’hui, on étudie ensemble le triangle inversé, aussi appelé « V ». Je traiterais des autres morphologies petit à petit.

Le triangle inversé : signes distinctifs

  • Des épaules très larges
  • Un bassin étroit
  • Une taille peu marquée

 Les règles en habillement

  • Vous gagnerez à ne pas attirer le regard sur vos épaules déjà larges. C’est pour ça que les raglans vous iront très bien : parceque leurs lignes inversent le mouvement
  • Les cols en V profonds vous vont bien
  • Privilégiez les jupes plissées, volumineuses, pour équilibrer le bas souvent moins large
  • Etrangement, ce type de morphologie est aussi bien mis en valeur avec une encolure ronde claire, si le reste du corps est foncé.
  • La « nouvelle » mode du peplum est idéale pour vous !

 Les styles à éviter

Les épaulettes, les grands châles épais et tombants, les emmanchures américaines, les manches ballon, les hauts volumineux, les blousons, les grosses mailles… Evitez aussi les encolures bateau (lignes droites d’une épaule à une autre)

lire la suite

High Bust

Dans ma vie de tricoteuse, j’ai fait un nombre incalculable de pulls trop grands pour moi. Ou de gilet. Ils me tapaient dans l’oeil, et systématiquement, je me retrouvais avec un pull plein de plis partout.

Et je n’y faisais pas gaffe. Je savais juste que je ne me sentais pas « complètement bien » dedans. Avec le temps, j’ai compris et décortiqué les « sensations » qui portent un tel signe :

  • l’impression que si je lève les bras, tout le haut s’en va avec
  • l’impression que l’épaule « tombe » tout le temps, qu’on voit ma bretelle de soutient gorge toutes les 10 minutes
  • les pulls que je tire vers le bas, car ils remontent sur mes hanches larges tout le temps
  • les bras comprimés
  • les photos où tu penches vachement les épaules vers l’arrière parceque ça plisse de partout.
  • et j’en passe… tous ces petits gestes qu’on fait au quotidien pour « remettre en place » son vêtement.

C’est sur qu’avec ça, je n’ai pas grand chose de moulant ! Je vous en faisais part dans un précédent billet, à propos de la poitrine qui baille, ou de l’aisance d’un pull. Et je vous disais qu’un mystère était encore là pour moi, malgré l’avoir lu, relu, dans plusieurs endroits… Car je ne comprenais pas comment l’appliquer concrètement : le buste haut, ou « high bust » en anglais. Cette nouvelle mesure « à la mode » chez certains créateurs, pas beaucoup présente non plus. Qu’en est-il vraiment dans la vrai vie ?

lire la suite

Etude des morphologies : le triangle

Dans la série « Etude des morphologies », je vais tenter de vous présenter à chaque fois un type de morphologie, et les conseils de style adapté pour le mettre en valeur. Aujourd’hui, on étudie ensemble le triangle. Je traiterais des autres morphologies petit à petit.

Le triangle : signes distinctifs

  • Votre poitrine, et le haut du corps (les épaules) sont menus ou étroits
  • Vos hanches sont plus larges que le haut du corps

 Les règles en habillement

Pour ce type de morphologie, tout ce qui attire le regard vers le haut du corps est conseillé : décolleté, encolure large, colliers colorés, élargir les épaules avec des fronces, des volants, avec des rayures horizontales au buste, les cols V, cols bateau, les manches ballon, les vestes avec épaulettes… bref : le haut est important !

lire la suite

Tricoter du haut vers le bas : les types de construction classique

Dans ce billet, je vais effectuer un tour d’horizon des constructions classiques d’un pull en tricot, du haut vers le bas (ou top-down en anglais).

Pourquoi le top-down ?

Le top-down est un type de construction qui devient de plus en plus populaire. Mais pourquoi ?

  • possibilité d’essayer l’ouvrage au fur et à mesure, sans attendre d’avoir tricoté toutes les pièces
  • plus besoin de coudre les pièces ensemble

Il existe une autre variante : le bottom-up, qui se tricote du bas vers le haut, et qui se trouve aussi très souvent. J’aime moins cette méthode, car il est difficile de maitriser où tombera finalement le pull ou le gilet sur les hanches, puisqu’on ne peut savoir le tombé qu’à la fin, quand on aura tricoté les épaules, qui se font en dernier.

lire la suite

A propos de l’aisance d’un pull et de la poitrine

Il y a tant de choses à dire sur l’aisance d’un pull ou d’un gilet ! Nombreuses sont les personnes (y compris moi dans le passé) qui ont tellement peur que leur pull soit trop moulant, et qui choisissent la fausse sécurité d’une taille au dessus pour leurs patrons.
En général, elles se retrouvent avec un pull… effet super loose.
Soyons clairs : je n’ai rien contre un petit pull loose de temps en temps, c’est confortable, et on n’a pas tous les jours envie d’être féminine. Je suis d’ailleurs la championne numéro un du trainage en jogging le dimanche à la maison, c’est un rituel important pour moi depuis toujours.
Mais, le reste du temps, on ne peut pas dire que cela mette en valeur grand monde, à part les « brindilles » sur qui tout va.
Les mini jupes, les salopettes et les pulls chauve-souris ne vous vont pas ? Il y a de grandes chances pour qu’un pull loose ne vous mettra pas non plus en valeur

lire la suite

La poitrine qui baille ?

Esce que ça vous arrive parfois de bloquer sur vos photos de tricot (les votres ou les autres ?) sur ce petit pli de tricot juste au dessus de la poitrine, à côté des dessous de bras ? Si oui, c’est normal, un vêtement ne devrait pas bailler à cet endroit.

Je vous l’accorde, sur ces photos, ça reste parfois discret. Mais amusez-vous à regarder sous un autre angle tous les projets tricots que vous trouvez un peu partout et vous ne remarquez que ça !

La raison de ce petit surplus de tricot est très simple : analysez la forme de mes épaules :

lire la suite

Choisir la taille d’un patron

Je précise toujours dans mes patrons, qu’en cas de questions, vous pouvez me contacter directement. Cela fait partie intégrale du service, et je suis toujours ravie quand certaines personnes me contactent pour me demander mon avis sur leurs doutes, leurs envies d’adapter un de mes patrons et les conséquences sur le résultat final. Quand j’ai les réponses, évidemment

Cette semaine, j’ai reçu un message d’une de mes clientes, concernant le patron Montrouge :

J’aimerai prendre ton conseil de designer pour ne pas me planter sur la taille.
Echantillon lavé bloqué en physalis : 20,5 mailles/26 rangs, donc en largeur ça va mais en longueur pas du tout. (Note : le patron donne un échantillon de 20 m et 30 rangs) (…)
Et côté taille, faut il prévoir un peu de positive ou negative ease ? (je sais que tu présentes le modèle un peu positif, mais je ne crois pas que ce soit le cas de toutes les testeuses). Et je suis un peu dans l’entredeux (40 et 42), donc avec un échantillon batard je suis perdue. Et j’ai l’impression que le motif donne plus de souplesse au tricot que de resserage.
Pourrais tu m’aider un peu dans le choix de la taille s’il te plait ?

lire la suite

Sur mesure : le point

Parce que je ne vais pas vous faire croire que mes projets se passent sans soucis, de façon magique, voici un point sur mon projet sur mesure.

Il va surtout me permettre de me rappeler à quel point il est difficile de ne pas oublier quelque chose et de ne pas faire de bétises.

Ici la liste est longue :

J’ai oublié de changer de numéro d’aiguilles pour la bordure de côtes en bas, pour un numéro plus petit. Je suppose que c’est pour ça que ca rebique partout sur la bordure.

lire la suite

Taille, hanches, et morphologie du tricot

Je vous en parlais dans mon dernier billet : ma découverte de la gestion des formes, dans un tricot. Tout est partit à la base de ce constat :

On peut observer sur ce schéma simplifié de mon corps à quel point il y a une grande différence entre la taille et les hanches. J’ai donc passé des années à modifier mes pull pour que les hanches prennent cette courbe. En fait, je ne faisais que suivre les patrons, dont la majorité (pour ne pas dire la quasi totalité) fonctionnent en rajoutant des mailles sur le côté :

lire la suite

La révélation, et par conséquent, le bachotage

Grâce à Nina, j’ai dévoré une série d’articles il y a peu de temps, de 10 épisodes : Fit to Flatter de Amy Herzog (oui, désolée, c’est en anglais ;)) C’est une série de billets blog, mais vous pouvez aussi récupérer pour 10$ la série intégrale en PDF.

En 10 articles, elle couvre le sujet long et épineux du « tricot qui vous va bien, adapté à votre morphologie », point par point. Ça tombe parfaitement au moment où je viens de relire pour la 3ème fois Little Red in the City d’Ysolda (surtout la première partie, avant les patrons). J’ai aussi lu avec attention ce long article  (toujours en anglais) sur les différent types de construction de manche, qui pointe les avantages et inconvénients de chaque technique.

lire la suite

Toe-up or not toe-up ?

Non, je ne me suis pas mise à lire Shakespeare, mais c’est la première question que je me suis posée avant de commencer à tricoter des chaussettes.

Il y a 2 types de patrons à chaussettes : ceux où l’on commence par les orteils, on continue avec le talon et on finit avec la cheville (toe-up), et ceux ou l’on fait l’inverse en commençant par la cheville et en finissant par les orteils (top cuff down)

Après moultes hésitations, je me suis décidée à débuter en toe-up. D’après ce que j’ai pu glaner sur la toile, c’est un peu plus simple, mais surtout ca semble plus facile pour essayer la chaussette à n’importe quel moment. De plus, je me disais qu’en général pour une paire on utilise une pelote, et que c’est ainsi plus facile de prolonger les chevilles jusqu’à arriver à la moitié de la pelote, plutôt que de découvrir à quelques cm des doigts de pieds qu’on n’aura pas assez de laine pour la 2eme paire.

lire la suite