montrouge-apres005

Chickadee 3 ans après

Je sais que vous étiez nombreuses à apprécier les articles « un an après » sur Intheloop. J’ai donc pensé à vous et je vous propose aujourd’hui de réitérer le thème avec le fil Chickadee.

Il y a 3 ans, je tricotais Montrouge en Quince & Co. Chickadee.

En 3 ans, il a eu bien le temps d’être bien porté. Place aux images, qui parlent d’elle même :

montrouge-apres001 montrouge-apres002 montrouge-apres003 montrouge-apres004 montrouge-apres005

Usure minimale, sous les bras (classique), et un peu à la poitrine, mais rien d’autre à signaler. Le feutrage est extrêmement léger. Je précise que je n’ai jamais passé le raze bouloche sur ce pull.

Bref, une laine qui vit bien non ? :)

Je vous dit à très bientôt pour la traditionnelle promotion sur mes patrons à l’occasion de mon anniversaire à la fin de la semaine.

IMG_1149

13 réflexions sur “ Chickadee 3 ans après ”

  1. S’il a été beaucoup porté, il a bien vieilli finalement…et déjà 3 ans que vous avez sorti le patron !…je l’ai toujours dans ma bibliothèque…bonne journée, je vous embrasse…

  2. Merci pour cet avant /après, oui une usure normale et un gilet qui me fait de l’oeil
    Je pense que vais me laisser tenter dans pas longtemps

  3. Les articles proposés sur la façon dont les laines se comportent au fil du temps me sont précieux et j’aime les consulter : merci pour celle-ci…
    Le patron est aussi dans mes encours depuis un p’tit moment, j’y pense et puis j’oublie et là j’me dis que quand même : il faudrait que je le tricote ce Montrouge !
    Il y a quand même une réflexion qui me vient : il y a une trentaine d’années j’aimais tricoter des fils Anny Blatt, des laines composées de fibres naturelles (laine, mohair), il me reste 4 pulls de cette époque qui ont été lavés à la main et portés très souvent et sont pour 2 d’entre eux très légèrement feutrés mais ils ne présentent pas de bouloches… Il y a un peu plus de 20 ans j’ai tricoté des pulls pour mon fils dans des laines qui étaient composées en majorité de fibres synthétiques et lavés en machine : ils ont été endossés sur plusieurs années par les cousins, copains… ils sont aujourd’hui sans bouloches, sans feutrage et ma première petite fille pourra les porter.
    Si les fibres naturelles ont un confort et une esthétique incomparable avec les synthétiques, elles me semblent plus fragiles aujourd’hui : est-ce une réalité ? Si oui serait-ce du à quel changement de conditionnement, traitement ou… ?

    1. Dans le monde de la confection en tout cas, on a tendance à mélanger les types de fibres pour obtenir le « meilleur » de chacune : respiration, régulation, chaleur, douceur, ou encore résistance, le fait que ce soit « infroissable », etc…
      On recommande souvent pour des chaussettes tricotées d’avoir 10 à 20% de nylon, pour la durabilité justement, car elles sont fortement soumises aux frottements.
      Il y a plusieurs années, lors d’un cours de patronnage de couture, on m’avait donné justement un tableau qui récapitulait les avantages et inconvénients de principaux matériaux dans les tissus. Je ne l’ai malheureusement plus.

    2. Il me semble que c’est dû au traitement des laines naturelles aujourd’hui, pour les rendre plus douces. Il vaut mieux utiliser des laines un peu rustiques, quitte à ce qu’elles grattent un peu au début, mais elles dureront mieux (et on en trouve des locales, provenant d’animaux non maltraités, et moins chères que les laines « archi-douces »).

    3. C’est aussi mon avis : j’ai toujours des pulls tricotés dans les années 80’s (de bons classiques pour mon petit ami de l’époque devenu mon mari ^^) et même…70’s qui n’ont « pas bougé d’un poil », c’est à dire, ni feutrés, ni boulochés, ni déformés…et cela qu’ils soient en fibres naturelles ou mélangées (palme au fil « Pégase » de Phildar, qui a même gardé sont aspect jarré légèrement brillant.)

      Alors je m’interroge…les bouloches et le léger feutrage que je vois sur ces photos, non, désolée, je ne considère pas cela comme « classique », surtout après 3 ans seulement.

      1. Malheureusement, aujourd’hui difficile de trouver un fil qui ne s’abime pas en moins d’un an. Que ce soit phildar (que je ne vise pas en particulier, je ne fait que reprendre la marque que tu cites) ou toute autre marque, bon courage pour trouver une laine qui ne bouge pas avec le temps (à part peut etre les laines islandaises, qui boulochent une seule fois et ne bougent plus à vie, mais tout le monde m’a pas envie ou ne peut pas supporte de porte uniquement ces laines très rèches).
        Donc, à part remonter dans le temps et acheter des laines dans les 70’S, concretement, ca reste bon de savoir si la laine qu’on achète boulochera bcp en 3 mois ou un petit peu en 3 ans…

        1. Effectivement, tes retours sur le comportement des fils que tu utilises pour tes ouvrages sont très intéressants.
          D’autant plus qu’à lire les expériences des uns et des autres, il semblerait que, côté stabilité et résistance à l’usage, les fils récents restent très en arrière de ce que l’on serait en droit d’attendre au vu de leur prix.
          Alors c’est vrai que j’ai tendance à chiner les fils anciens dans les brocantes et sur Ebay.
          Autre source d’excellents fils dont on peut constater si oui ou non ils se comportent bien avec le temps : les pulls chinés en brocante.
          Je suis depuis toujours une adepte du recyclage de fils, et je n’ai jamais été déçue par les fils récupérés à partir d’ouvrages détricotés.
          Par définition, ils ont été lavés et relavés, portés et reportés, et donc, ils ne bougeront plus à la réutilisation.
          Et là, j’ai souvent de très bonnes surprises côté douceur (notamment le 100% alpaga, pas si rare dans les pulls pour homme).
          Je ne suis pas non plus une fan de Phildar, car la qualité varie énormément d’un fil à l’autre dans cette marque.
          Chez Bergère de France, on peut encore trouver de bons fils classiques doux au porter et qui ne bougent pas.
          Chez Cheval Blanc aussi.
          Bon, après, j’ai deux défauts : je défends les laines françaises et européennes (trop triste de voir disparaître nos filatures les unes après les autres…), et j’ai un budget limité.
          Alors, pour moi, pas question de tolérer qu’un ouvrage sur lequel j’ai passé des heures bouloche ou feutre au fil du temps.
          D’où l’utilité de cet article : bien que j’aime beaucoup sa couleur, je n’achèterai pas ce fil.

      2. De plus, un fil comme pégase qui contient 80% d’acryclique ou des fils 100% laine ce n’est pas comparable : C’est reconnu pour avoir une meilleure tenue l’acrylique. Une fois de plus, rien contre Phildar, j’en achète et j’en tricote aussi.

  4. Intéressant. Les laines Quince and Co ne sont pas bon marché, mais pour avoir un beau tricot qui vieillit aussi bien, cela vaut la peine. Merci du partage.

  5. Tiens c’est marrant je suis en train de tricoter ce modèle justement ! La régularité de tes torsades me fait rêver … Pour ma part j’ai souhaité utiliser une laine acheté il y a plusieurs années pour me faire un vrai beau patron, mais, dommage, pour ce patron elle est un peu trop foncé et surtout un peu trop poilue. Le motif est donc bien moins net que le tien. Mais je sens que je vais l’aimer d’amour quand je l’aurais fini !

  6. Tes articles sont toujours très instructifs.Quelle coïncidence, aujourd’hui même je vais reprendre le Montrouge qui est en attente depuis des mois parce que je bloquait à un endroit.J espère débloquer la situation car ton modèle est magnifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *