Tricot éthique ?

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une chose sur laquelle je ne m’étend jamais par ici. Mon rapport aux animaux. Comme certaines d’entre vous le savent, je suis végétarienne* depuis ma naissance. C’est ainsi qu’on m’a éduqué.
Dans les années 80 et 90, ca a été un calvaire, enfant, car le végétarisme n’était pas autant toléré que de nos jours. J’en ai voulu à mon éducation pendant de très nombreuses années. J’ai tout essayé pour « devenir normale » et manger de la viande, mais je n’y suis jamais arrivée.
J’ai toujours été avec des carnivores. Mon homme a testé à peu près toutes les viandes qui existent au monde, à part le singe. En asie, il a même mangé du chien, il paraît que c’est l’une des meilleures viandes au monde. Et je n’ai jamais jugé.

Et puis, lors d’un voyage en Inde, un ami nous a fait découvrir le documentaire Earthlings (que vous pouvez consulter en ligne), qui parle de la condition animale sous toutes ses formes (alimentaire, pharmaceutique, vestimentaire etc… Je pense que tout carnivore devrait le regarder une fois dans sa vie, mais bon, chacun fait ce qu’il veut ;)

Pour la première fois, j’ai vu des larmes dans les yeux de mon homme, et il est devenu végétarien du jour au lendemain. C’était il y a plus de 4 ans. Lui l’était par conviction, moi par éducation, pas vraiment pour les même raisons. Quelques années plus tard, à cause de soucis de santé que la médecine classique n’arrivait pas à guérir, il a du devenir quasi végétalien*, et j’ai donc testé avec lui. Ses soucis de santé ont disparu. Nous avons à présent supprimé le lait animal de notre alimentation, et tout le monde s’en porte encore mieux.

Je ne vous expliquerais pas ici les raisons qui font qu’aujourd’hui je comprend vraiment son point de vue, ce serait partir dans un long débat sur la condition animale, et je sais que de nombreuses personnes préfèrent ne pas en savoir trop sur l’origine de leur sac en cuir, ni les conditions qui ont amené ce steak dans leur assiette, car ils aiment trop la viande pour pouvoir regarder les choses en face. Et je respecte toujours ça. D’ailleurs, je suis pragmatique : il m’arrive encore de temps en temps (même si c’est rare) d’acheter des choses en cuir, comme les chaussures par exemple. Je ne suis pas tombée dans l’extreme, même si je fais toujours attention à mes choix de consommation quand je le peux.

Et je déteste quand lors d’une soirée, un mangeur de viande décide de partir en croisade contre moi, parceque d’une part, ca fait chier tout le monde autour de nous, et d’autre part, ca jète un sacré froid. D’autant plus que leurs arguments ne tiennent pas longtemps, alors ca finit toujours en eau de boudin. Heureusement, c’est assez rare. Les gens aujourd’hui s’intéressent en général à tout ça, car ils ont appris depuis que ce choix de vie permet au passage d’éviter de nombreuses maladies telles que le cancer et j’en passe. Personnellement, côté santé, j’ai un rhume par an et c’est en général tout. Jamais de grippe, rien d’autre. Du coup, de nos jours, être végétarien c’est bien plus facile socialement (même si ce n’est malheureusement pas encore autant respecté qu’une personne qui mange Hallal ou Casher dans les collectivités).

Mais forcément, quand j’ai découvert il y a quelques années les conditions de production de la laine… ca a été difficile. Elle concerne l’une de mes matières préférées : le mérino. Le mérino provient en très grande partie d’Australie. Et là bas, les éleveurs pratiquement le museling. Je vous éviterais les photos trash, car franchement elles le sont. Pour simplifier : c’est une ablation de la peau autour de l’anus du mouton, qui sert à éviter la présence de parasites. Cette technique est très controversée, considérée comme cruelle par de nombreuses associations.

Si le sujet vous interesse, je vous conseille de lire l’article « Touche pas à ma laine » chez Antigone XXI, qui explique bien plus en détail que moi le sujet.

Quand je dis que ca a été difficile, c’est parceque je suis une passionnée de tricot, et que tirer un trait sur un pull tout doux en mérino, ou en autres laines sublimes, j’ai du mal. Mon armoire est remplie de jolie matières à tricoter, et comme je le disais plus haut, je ne suis pas extrémiste.

Suite à cet article, un deuxième a été publié, pour proposer des alternatives à la laine : « Chaud ethique et ecolo ? Yes we can« .
Pour résumer, on y parle de coton, d’ortie, de chanvre, et de lin. Des matières « d’été » en général pour nous les tricoteuses. J’ai du mal à m’imaginer sous la neige avec un pull en lin pas vous ?

Crédit photo : Kaneh Bosem

Mais bon, celà fait des années que j’y réfléchis, et je me dis qu’il me faut au moins essayer une fois avant de prendre position ! Ni une ni deux, je découvre grace à Antigone XXI une marque de laines éthique, écolo, et végan*.
Il s’agit du site Kaneh Bosem.

Le choix des fils est très limité : deux types de « laines » 100% chanvre, deux épaisseurs (fingering et DK). Elles sont toutes en pur chanvre garanti sans OGM. De la culture de la plante jusqu’à la teinture des fils, en passant par le rouissage des fibres, aucun traitement chimique polluant n’a été effectué. Les écheveaux sont teint avec des extraits de plantes tinctoriales, artisanalement en France, dans le plus grand respect de la fibre et de l’environnement, pour des tricots sains, doux et qui respirent.

 

Ca donne envie d’essayer !

J’ai reçu mon petit colis assez rapidement d’ailleurs.
Je vous laisse découvrir en image son contenu :


Personnellement, je trouve que cette démarche vaut le coup d’être diffusée !
Je n’ai pas encore testé, mais je suis bien décidée à me faire un pull en chanvre, et à savoir enfin si ce type de matière permet de traverser l’hiver sans soucis.


* : le vrai végétarien, qui ne mange pas de poisson ni de viande, mais mange des oeufs et des produits laitiers. Je précise, car depuis quelques années de nombreuses personnes se disent végétariennes et mangent du poisson. Et pour nous, « vrai » végétariens, c’est un véritable soucis, car on nous sert des choses que nous ne pouvons pas manger sans avoir un haut le coeur (dans le cas de mon homme c’est encore plus radical, il vomit). Je déteste cet abus de langage, mais bon, le fait est qu’aujourd’hui, tout le monde mélange un peu les genres.

Voici donc un rappel des termes officiels :
Végétarien : ne mange pas de viande ou de poisson. Mange les produits dérivés des animaux (lait, miel, oeuf)
Végétalien : ne mange pas de viande, de poisson, de lait animal, d’oeuf, ou autre produit dérivé animal
Vegan : en plus d’être végétalien, n’utilise aucun produit d’origine animale dans toutes les facettes de sa vie. Que ce soit ses habits, chaussures, produits cosmétiques, objets divers, agriculture, loisirs, etc.. Il n’utilise donc ni cuir, ni laine, ni fourrure, ni cire d’abeille, ni produits testés sur les animaux, etc.

Edit du 29 Novembre :
Suite aux nombreux commentaires, je voulais préciser que je n’invite pas forcément les lecteurs à arrêter la viande sur un coup de tête : c’est important d’avoir de bonnes connaissances en nutrition pour ne pas avoir de carences, on ne peut pas, et je ne recommanderais jamais de stopper la viande comme ça, sans s’être documenté sur comment la remplacer. Il peut être dangereux de juste l’enlever, sans adapter les repas en conséquence !
 

Le premier qui me demande si je m’éclaire à la bougie chez moi, je le flagellerais cul nu avec des orties c’est compris ? ;)

Articles similaires :

Kits Sablier (concours inside)
The evolution day : bilan très positif !
Le cosmétique maison qui a sauvé ma peau
  1. Fabienne dit :

    Euh non, je ne vais pas te le demander … :)
    Par contre, les infos que tu diffuses sont édifiantes, je ne savais pas comment on traite les animaux avant d’obtenir la laine merinos et j’en suis toute abasourdie.
    Merci d’attirer l’attention sur ce problème, je vais y être attentive.
    Comme beaucoup, je suis tentée par la laine de bonne qualité, dite « naturelle », les belles couleurs etc.
    Honnêtement, je ne sais pas quels seront mes choix et mes réactions lorsque je déciderai d’acheter de la laine.
    Je reviendrai probablement vers toi à ce sujet.
    Bonne journée, gardons quand même le sourire :)
    Fabienne

  2. valea dit :

    alors chez nous on a « decouvert » le vegetarisme cet ete parcequ’on etait en vacances dans un coin un peu paume et qu’on voulait pas de prendre la tete a courrir apres une boucherie….. et finalement on a super bien mange!lol
    du coup je decouvre des recettes et je tente plein de choses
    alors attention, se passer de viande ici c’est quasi impossible mais j’avoue qu’on fait vachement plus attention d’ou elle vient et depuis qu’on a reduit et bien on pete le feu! si,si on y a vu un reel impact sur la sante en seulement 4 mois

    mais pour en revenir a la laine, je suis en train de teste le fil d’abaca qui est issu du bananier et qui est bio aussi
    alors ce n’est pas pour faire un pull d’hiver a mon avis mais pour des realisations estivales c’est tout a fait approprie

  3. MaillaMart dit :

    Je partage ton point de vue concernant la nourriture… et merci pour nous avoir fait découvrir ce fil que j’ai bien envie de tester moi aussi ;-)
    Attention juste de ne pas tomber dans l’extrême inverse : tous les moutons Mérinos ne sont pas traités aux mulesing (cf. http://gutewolle.blogspot.de/2013/01/mulesing-ein-verfahren-der.html) et il existe de la très belle laine Mérinos de moutons élevés en France !!! ;-)

  4. nadia dit :

    c’est vraiment très intéressant… pour ma part je trouve que le respect de l’animal n’est pas incompatible avec un régime alimentaire « traditionnel ». mon mari est éleveur de vaches (bio) nous mangeons la viande de nos animaux qui sont élevés et abattus dans des conditions décentes et je suis en paix avec ça ;)
    par contre cette histoire – insoutenable – de museling ça me bouscule.
    est-ce que toutes les laines mérinos sont concernées, ou « seulement » celles qui viennent d’Australie ?
    et si la provenance du mérinos n’est pas indiquée, on doit forcément soupçonner quelle vient d’Australie ?
    je n’ai pas envie de boycotter cette matière, mais je ne voudrais pas valider des pratiques barbares en continuant d’en acheter sans faire plus attention…

  5. elise dit :

    Alors, je ne pense pas que le museling soit généralisé à toute la planète, il me semble que c’est surtout l’Australie qui le pratique. Et en effet, c’est l’un des plus gros exportateur de mérinos au monde.
    Je suis d’accord avec MaillaMart, sur le mérinos de moutons élevés en France, mais en effet, quand ce n’est précisé nullepart, comment faire ??

  6. Agnès dit :

    Bonjour,
    Je ne veux juger ni les végétariens ni les carnivores. C’est que le traitement des animaux est parfois une horreur dans l’industrie de la viande et de la laine (j’avais vu un reportage sur la tonte des moutons en Australie, et franchement ça m’a dégouté). Ne parlons pas de l’industrie pharmaceutique qui n’est pas mieux.
    Mais il faut penser à une chose, c’est que la « boucherie » a sauvé beaucoup de races de chevaux de trait par ex, animaux qui étaient voués à disparaître après la mécanisation de l’agriculture. Pareil avec les moutons et les bovins. Je ne suis pas une grande mangeuse de viande mais je n’en deviendrais pas végétarienne pour autant. La cruauté humaine à toujours existé et existera malheureusement toujours
    Mais il faut essayer d’améliorer les choses

  7. MaillaMart dit :

    ben je dirai : achetez directement chez l’éleveur ;) vous serez sûre de la provenance

  8. Elisabeth dit :

    Bonjour,
    Je suis moi aussi végétarienne par conviction (pas végétalienne, j’aime trop le fromage !). Mon grand-père était déjà végétarien et il est mort à 87 ans (ça, c’est pour clouer le bec au carnivore qui fait suer tout monde au dîner).
    Sais-tu si FONTY réserve le même sort à ses moutons mérinos ?
    Comme laine chaude, il y a aussi le mohair. Je connais une ferme dans mon coin où les chèvres sont bichonnées, c’est ici : http://www.mohair-pays-corlay.com/
    J’avais acheté en son temps de la laine américaine (marque mother earth qui n’existe plus) faite avec un mélange de laine et chanvre. Le problème, c’est qu’elle est longue à sécher et qu’il y a tout de même une odeur pas très agréable.
    Je serais très intéressée de voir le résultat de cette laine Kaneh Bosem.
    Bonne journée.
    Elisabeth

  9. Petite Colombe dit :

    Des orties végétariennes ??? ;-) ;-)
    Il y a aussi des mérinos en France, et par exemple chez De rerum natura de belles laines françaises à l’origine honorable.
    Les laines anglaises sont aussi très belles, mais ces amoureux des animaux que sont les anglais font ils la même chose aux agneaux que leurs cousins australiens ? Et les néozélandais ? Je reste partagée, il ne faut peut-être pas jeter le bébé – enfin l’agneau – avec l’eau du bain.
    Peut -être inciter nos éleveurs et producteurs français à communiquer davantage sur leurs bonnes pratiques ?
    Quand aux pulls en lin en hiver, j’ai beau ne pas être frileuse, faut pas pousser…
    ON devrait aussi dans cette même logique se poser les bonnes questions sur les méthodes de culture du coton, et les conditions de vie et de travail des agriculteurs.

  10. Laurence dit :

    Merci beaucoup pour cet article très intéressant ! j’attends avec impatience le résultat du test de cette « laine » qui me tente bien…
    Pour ma part, depuis que j’ai vu que certains lapins angora sont « épilés à vif » (une horreur !) je n’en tricote plus :-( sauf si je suis certaine que le poil a été obtenu par peignage.
    Je vais essayer d’être vigilante pour le mérinos, j’ignorais tout de cette pratique horrible :-( mais je crains que les infos ne soient difficiles à obtenir…
    Encore merci pour toutes ces infos !

  11. Tiphanie dit :

    Merci Elise pour cet article. Tu fais bien d’en parler, je pensais naïvement que tondre un mouton ne pouvait pas lui engendrer de souffrances et même que cela le soulageait !
    On ne va pas généraliser mais merci de nous ouvrir les yeux sur certaines pratiques honteuses et irrespectueuses.
    Le problème maintenant est de savoir l’origine et les conditions de tonte des animaux quand on achète et ça… c’est pas facile !

  12. Tiphanie dit :

    PS : ma soeur est végétarienne et quand j’en parle autour de moi c’est vrai que l’on me demande toujours de « justifier » ce choix. Je trouve que c’est encore difficilement accepté dans notre société.

    Bises

    Tiphanie

  13. aprilios dit :

    Merci pour cet article! Je me sens vraiment concernée par ces questions (même si je ne suis pas végétarienne), et ça me fait vraiment plaisir de voir abordées des questions de société en lien avec le tricot.

  14. dominique dit :

    J’avoue que je suis de plus en plus dégoûtée par la viande et j’en mange de moins en moins. C’est encore difficile de persuader ma fille et mon mari, mais je suis tenace. J’étais horrifiée quand il y avait les images de pauvres vaches atteintes de la maladie de la vache folle à la télé et d’une manière générale La cruauté envers les animaux me touche.
    J’ai découvert avec horreur la manière dont on traite les mérinos. je pense réviser sérieusement mes préférences lainières à moins de trouver des fournisseurs qui garantissent le bien-être des animaux. Connais-tu Les laines du Mouchon. C’est une éleveuse (sympa) de moutons POUR LA LAINE en Belgique ?
    http://www.leslainesdumouchon.com
    Je me demande si des marques comme FONTY commercialise de la laine éthiquement produite ? Il y a aussi la société BELLELAINE qui semble intéressante.

  15. Catherine dit :

    Merci pour ce bel article qui est très joliment rédigé il « invite » à une réflexion de fond qui me parait nécessaire…

  16. MaillaMart dit :

    Nous sommes éleveurs de Mérinos français élevés pour la laine :
    http://macomerinos.fr

    Attention à l’amalgame : les filatures françaises n’achètent pas toutes leurs matières premières chez les éleveurs européens (pour faire court, ils importent aussi de la laine de l’hémisphère sud… et je ne m’aventurerai pas plus loin dans les % de l’un et de l’autre…), et donc rien ne garantit l’absence de mulesing (au passage, le terme c’est muLeSing, et non pas museling).
    De façon générale, on peut dire que ceux qui communiquent sur la provenance sont sûrs, mais les autres beaucoup moins…

  17. Dilou91 dit :

    Je suis une « fausse » végétarienne, je mange du poisson, et des oeufs. J’ai arrêté de manger de la viande il y a 26 ans, je n’y arrivais plus, mes parents consommaient de la viande mais sans plus. les protéines animales données par les poissons représentent 20% de mon alimentation, le reste étant végétal. Je respecte les goûts et dégoûts de tous et je m’assure que l’on respecte les miens. Mes enfants sont grands et ne sont plus chez moi mais la diversité est restée de mise. Pour moi c’est une façon de vivre qui implique d’autres façons de faire, je suis le plus possible locavore, je consomme bio, je fais attention à l’énergie et je fais attention à ne pas salir la planète. Je ne connaissais pas cette histoire de laine et je trouve cela horrible comme tout ce qui concerne la maltraitance des animaux ou pire…. Bon, on est pas parfait mais si tout le monde fait un petit quelque chose pour que cela change, ce sera déjà super!!! Bonne continuation et bravo aux personnes de bonne volonté.

  18. tricotic dit :

    Végétarienne aussi, par goût, par conviction et en ce moment pour ma santé, je vais aller voir de ce pas ce documentaire, Tu as piqué ma curiosité. La plupart du temps, je n’en parle pas, je n’ai pas besoin de ces discussions vaines!
    Pour l’instant, la seule laine certifiée GOTS (seul certificat à peu près valable question textile) que je connaisse, c’est la laine de Rosy Green Wool (www.rosygreenwool.com). Rosy fait très attention à toutes les étapes du processus.

  19. Christine dit :

    Sans être végétarienne, je limite notre consommation de viande (ne serait-ce ce que pour des raisons financières, mais évidemment pas seulement) à de la très bonne viande, produite et vendues dans des fermes dont je connais les pratiques. Chez nous la viande est redevenue ce qu’elle a été pendant des siècles, un plat de fête et non un aliment quotidien. Sinon, je pense qu’effectivement, sans être extrémiste, il faut avoir conscience que nos habitudes de consommation ne sont pas neutres, et que parfois -souvent sans le savoir- nous sommes complices de conduites pas jolies jolies. En revanche, si je souhaite que les animaux soient traités dignement, je pense comme Petite Colombe que nous devons aussi être vigilant(e)s sur tout ce que nous achetons, et que souvent les bonnes affaires pas chères que nous croyons parfois faire, le sont au prix de l’esclavage de celles et ceux qui les produisent (l’effondrement de l’immeuble au Bangladesh en témoigne) et que les fringues (mais pas seulement) sont parfois teintes de sang.

  20. laurewoolkiss dit :

    merci Elise pour ce bel article, et pour cette magnifique découverte de Kaneh-Bosem :-)

  21. elise dit :

    Alors, en réponse à plusieurs questions sur les laines françaises, je doute qu’ils pratiquent cette technique : elle se faisait principalement pour le mérinos en australie et nouvelle zélande, mais la nouvelle zélande a réduit quasimement à néant cette pratique il semblerait qu’il ne reste que celle d’australie qui soit concernée. Après comme l’explique MailleMart, on ne peut etre surs que s’il y a transparence sur l’origine de la laine.

    Je n’étais pas au courant pour l’angora, merci Laurence pour l’information !!!

    Tiphanie : tu as bien raison, la preuve, quelque part j’ai gardé cet automatisme de me justifier de mon végétarisme pour que les gens le prennent au sérieux « la pauvre elle n’a pas le choix » tu vois le genre ;)

    Merci tricotic, je ne connaissais pas du tout les laines rosy green je vais voir ça de ce pas !

  22. Mamie86 dit :

    Merci pour cet article très intéressant.A chacun de réfléchir sur la question.

    Mamie86

  23. Youle dit :

    Sinon, sans aller jusqu’à acheter du 100% chanvre, il y a de la pure laine de mouton élevés en France, artisanalement, et pas très chère : Ardelaine (teintes sans métaux lourds), Laines de Bretagne (teintes aux plantes) en sont des exemples, il y en a sûrement quelques autres.

  24. Emy dit :

    Merci pour cet article vraiment très intéressant ! J’essaye de plus en plus de faire attention à l’origine des produits que j’achète. Cela donne vraiment à réfléchir sur les modes de consommation de manière globale.

  25. eveline dit :

    Tes articles sont toujours si intéressants, merci de nous faire partager toutes tes réflexions!!!
    Je me réjouis de voir le résultat du tricot de chanvre!!!!
    Et sinon pour la toute petite histoire, à propos de devoir se justifier sur tout, et bien moi je ne bois pas d’alcool, c’est comme ça, aucun, jamais. Si tu savais ce que ça provoque dès que je dis ça dans une soirée, au restaurant, à l’apéro,etc….
    La prochaine fois j’aurai une pensée pour toi!!!!
    Des fois je dis (quand je me fous totalement de ce que les gens présents peuvent penser) « Ça n’est pas compatible avec mon traitement » (alors que je ne suis aucun traitement!!), en général ils n’osent pas aller plus loin et s’imaginent je ne sais quel traitement et me laissent à mon verre d’eau!!!!
    Bon tricot Elise!

  26. mim dit :

    J’apprécie cet article. J’ai « entamé » une réflexion sur la « consommation » pour ma part. Ce n’est pas tout à fait au point, mais j’avance. En ce qui concerne l’alimentation, je pense que le végétarisme est une des réponses à la crise alimentaire -le partage des ressources alimentaires pour la population mondiale peut-être ?-, à une production raisonnée de viande…
    Mais il est peut-être plus facile d’être végétarien par éducation/contrainte ? Mon éducation a été largement carnivore… Par contre, dès que je le peux, je mange le plus possible de végétaux. Ton article m’encourage à pousser ma réflexion plus loin et à agir sans tarder. Demain midi.
    Merci !

  27. babafamily dit :

    merci pour ce post très très documenté, et oui, cela donne à réfléchir !!

    bizz

    babafamily

  28. Mirza dit :

    Alors, je vais être la fille pénible qui ne va pas dans le sens de l’article, mais en général à partir du moment ou on me parle de végétarien versus carnivore, ça m’énerve. Je mange aussi des légumes, je suis donc omnivore. Et je trouve que m’appeler carnivore est me manquer de respect. C’est peut être dit de manière un peu brutale, désolée.

    Il faut peut être que je précise que je suis tout a fait ouverte au végétarien, et que je suis en général la première a choisir le truc bizarre au tofu, plutôt que le steak. Par contre, même si ton article est plutôt soft et respectueux de la différence, j’ai toujours l’impression que les végétariens en France se justifient en essayant de nous faire culpabiliser et de nous convertir. J’habite en Chine ou a certaines périodes du calendrier lunaire il faut manger végétarien, et je trouve les chinois beaucoup plus respectueux de la différence. Il n’y a jamais aucune agressivité dans leur discours, et aucun argument pour essayer de nous convaincre. Ce qui, paradoxalement, me convainc beaucoup plus.

    Et merci pour les précisions sur les différents types de végétariens! J’avoue que j’ai eu une bonne dose de leçons de morale de la part de « végétariens mangeurs de poisson », qui le sont par idéalisme, et vraiment j’ai du mal à comprendre comment remplacer la viande par du poisson c’est mieux. Ça vide la mer, ça c’est sûre.

    Voilà, j’espère que mon commentaire n’est pas trop agressif, ce n’était pas le but. Pour ce qui est de la laine, il y a ardelaine qui produit des laines assez respectueuses (ils ont aussi un musée de la laine fort intéressant!).

  29. Anne dit :

    Coucou!
    J’ai découvert la marque de Keiko il y a quelques semaines, mais pour l’instant je n’ai rien acheté, manque de place, assez de stock, mais sa démarche est vraiment géniale et j’espère bientôt trouver les projets idéaux pour l’utiliser.
    Concernant le végétarisme et les variantes, c’est fou ce que les gens autour de nous en pensent! La semaine dernière au cour de tricot, une mémé se plaignait qu’elle avait sa petite fille (ado) une ou deux semaine sen vacances et que c’était un calvaire car elle est végétarienne, elle ne mange que du poisson et du jambon. Et parfois du poulet. Une vrai végé quoi… Qu’est-ce qu’elle allait bien cuisiner pour cette pauvre petite? ça nous a fait sourire, une amie et moi, car nous sommes végétariennes, mais la version sans poulet, sans jambon et sans poisson! On n’a pas souhaité rentrer dans le débat, on passe déjà pour des extra terrestre lors du repas à la fin de l’année quand on a « notre menu spécial » au restaurant (« c’est à cause de votre religion? des allergies? ») ais bon, faire à cette enfant des lentilles (sans la saucisse), ça doit pas être compliqué non plus! Je pense que cette génération (70ans et +) n’est pas habituée à ce genre de régime alimentaire, et les discours sur le bien être animal ne les touche pas du tout, surtout dans mon coin de campagne perdu « ben, on les élève pour ça???? pour les manger??? qu’est-ce qui te choque??? »
    J’ai aussi été choquée en Australie, ou je suis partie pour mon voyage de noce l’an dernier, des pratiques sur les moutons. Heureusement, j’ai trouvé de temps en temps des boutiques de laine prônant le bien être animal et qui sont contre (et milite) ses traitements cruels et sanguinolants.

    Je te souhaite beaucoup de plaisir à tricoter avec cette belle laine éthique!

    Anne

  30. MlleSoleil dit :

    Oulah,
    on en apprend des choses nouvelles par ici…
    j’hallucine, autant pour la laine que pour les tissus, je suis scotchée par ces pratiques.
    Sinon, je te rassure, je mange très peu de viande et la peu que je mange est Hallal… Je peux te dire que des diners/ apéros où je me fais attaquer pendant 5h par des anti-religieux et / ou mangeurs-de-tout, je ne les compte plus, c’est infernal!

    Hâte d’en savoir plus sur cette nouvelle laine!
    A+

  31. Elizabeth dit :

    Il y a aussi l’entreprise américaine O-Wool qui offre des  »cruelty free fibers » qui proviennent de mérinos de la région sur lequels le museling n’est pas pratiqué.

  32. Gabrielle dit :

    Bonjour,

    Hum, hum, ma réponse attend depuis plusieurs heures. Deux éléments de réflexion dans votre message : 1. votre style de vie et ce que vous mangez et ne mangez pas ; 2, la laine, les traitements affreux subis par les animaux pour obtenir leur laine.

    En 1. il est pour moi absolument hors de question que je dise si manger bio/ ceci ou cela est bon ou pas bon. Chacune mange ce qui lui fait du bien.

    Par contre en 2. Aïe, ça fait mal d’apprendre ces traitements infligés à des animaux. Et là, je vais me renseigner comme vous le faites. Je tricote plutôt des fils 100% acrylique parce que je ne suis pas vraiment habile en tricot, parce que les points fantaisie ne sont pas mon fort. Et je pense que défaire un pull est encore plus regrettable quand on a mis un certain prix dans l’achat de la laine, alors j’achète de l’acrylique…Tout en rêvant à de la « belle » laine ! Je vais consulter les liens proposés par des artisans et me renseigner pour savoir si leurs intentions sont de ne pas faire souffrir les animaux.
    J’habite à la campagne et il faut savoir que les sentiments exprimés vis-à-vis des animaux n’ont guère changé depuis des…siècles : un animal comme un chat « doit » se nourrir en chassant les souris, il ne rentre pas dans la maison quand il pleut ou qu’il fait froid. Une chatte peut mourir d’avoir trop de portées de chatons : « Mais qu’est-ce que vous croyez, m’a dit une voisine, l’opération coûte cher ! ».

    Les esprits changent lentement, très lentement, hélas, surtout en direction de la maltraitance animale. Que votre message aide à réfléchir. Merci !
    Gabrielle

  33. elise dit :

    Bonjour Gabrielle
    Juste pour rebondir sur votre numéro 1 : ce n’est pas moi elise dupont qui affirme ce qui est bon ou pas dans la nutrition, j’aurais du citer mes sources j’en suis désolée. Je faisait référence à de nombreuses études scientifiques sur le sujet, dont l’excellent livre « the china study », malheureusement uniquement en anglais, qui a étudié pendant longtemps sur des millions de personnes l’impact des régimes avec et sans viande, et s’appuient sur plus de 100 études scientifiques :)
    Pour plus d’informations :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Rapport_Campbell

    Pour n’en citer qu’un, car de nouvelles études sont publiés tout le temps sur ce sujet :)

    • Lil dit :

      Je suis tout à fait pour que chacun repense son alimentation, mais le raccourci, « devenir végétarien évite le cancer », pardon…faut pas pousser quand même. Ca me hérisse le poil scientifique cette affirmation ! L’humain est par nature omnivore, ce sont les déséquilibres alimentaires (notamment la surconsommation de produits gras et salés comme, c’est vrai, certains produits carnés) qui sont la cause des cancers évoqués ici, pas le fait d’avoir un régime omnivore… Le fait de devenir végétarien peut être positif pour plein de raisons, nutritionnelles, environnementales, etc, c’est vrai aussi. Mais ce régime n’est pas forcément adapté à tout le monde, on peut avoir des problèmes de carence (en protéines, en fer… ça dépend comment on l’assimile en fait).
      D’un autre côté, les « carnivores » qui refusent de regarder en face les conditions d’élevage et d’abattage, ça me hérisse aussi ! Ca s’appelle juste prendre ses responsabilités, hein. C’est pas très joli joli de consommer sans se poser de questions, c’est pour ça que notre environnement en est là où il est !
      Ce que j’aimerais voir, ce sont des bouchers plus responsables aussi. JAMAIS vu encore vers chez nous de bouchers bio, ou de concept « happy meat » (élevages éthiques) comme chez les anglo-saxons, on dirait que ça ne leur vient pas à l’idée. Alors que franchement, ce serait un bon début pour repenser tout le système carné en France… Il faut que les consommateurs en soient demandeurs pour lancer cette transformation !

      • elise dit :

        Pardon… ce n’est pas parceque vous n’avez pas lu les innombrables ouvrages scientifiques faisant un lien entre le fait de manger de la viande et le cancer (enfin certains cancers) que vous pouvez affirmer qu’il n’y en a aucun ! Ce n’est pas de ma faute si ces données ne sont pas aussi connues que « l’amour est dans le pré » sur TF1… Ces preuves scientifiques existent, ont fait le sujet de nombreuses études, et beaucoup beaucoup de journaux plus « grand public » dédiés à la santé le mentionnent petit à petit (par exemple : X% de risques en plus d’avoir tel cancer, ou telle maladie)…
        Quand à l’histoire de l’homme omnivore, il faudrait que vous connaissiez un peu mieux l’histoire de l’homme à ses débuts, malheureusement personne encore de nos jours à pu leur rendre visite dans le passé ;) Quelles connaissances concrètes avez-vous en nutrition en fait pour tout ça ? Parceque les végétariens ne sont pas là que pour défendre les ptit animaux, ils passent aussi de trèèèès nombreuses heures à lire et s’informer en détail sur l’alimentation, bien plus que la majorité des médecins généralistes ou que certains « diététiciens » qui n’ont malheureusement pas eu de spécialisation sur le végétarisme dans leurs études et qui sont incapables de débattre correctement du fer, de la B12 etc…
        Et pour finir, je n’ai pas envie de faire de ce billet informatif un troll, alors s’il vous plait, évitez moi ceci : http://insolente0veggie.over-blog.com/article-23394004.html
        Bonne journée

  34. Bibi dit :

    Tu as raison de te battre pour tes convictions…et rechercher son bien-être dans la façon de se nourrir est primordiale car elle nous relie au monde dans ce qu’il a de plus vrai …l’éducation et les techniques pour se nourrir mieux d’une façon éthique envers le vivant devraient être plus transparentes.
    mon rêve serait qu’on ne mange plus sans respect (animal ou végétal…)je crois qu’il est important de se renseigner sur les façons de production…ne pas acheter reste un pouvoir et récupérer un devoir!
    Dans le village de mon mari au Bangladesh ils cultivent le chanvre et non seulement c’est écologique mais en plus les hautes tiges servent de « bois de chauffe » pour la cuisine…se qui épargne les arbres!
    bon tricot!

  35. Isa dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article qui donne à réfléchir!
    pour ma part, je mange du poulet,des œufs et du poisson, cela s arrête là et je comprends et envie ceux qui peuvent se passer entièrement de matière animale
    Ma fille a vécu en Australie et a eu l occasion de travailler dans une ferme et assister à la tonte des moutons.
    Après avoir vu les photos prises lors de son séjour, je peux seulement dire que je me suis demandé si je n allais pas arrêter le tricot tellement les images sont terribles, inimaginables!
    Bien sûr, il existe des fermes où les animaux sont respectés et traités avec dignité mais ce n est pas le cas partout, loin de là, et on ne peut donc, une fois les photos vues, tricoter sans y penser
    L alternative reste donc la laine végétale, effectivement, même si elle me semble bien moins agréable au toucher la plupart du temps et moins chaude pour l hiver
    Nous avons en France des producteurs de laine, peut-être sont-ils plus respectueux de leurs animaux, je ne saurais le dire.
    Peut être est-ce le moment de mieux promouvoir nos produits français

  36. BoomerMoya dit :

    Concernant les viandes à consommer, je suis « en train » de prendre conscience car j’ai été élevé moi avec de la viande/poisson à chaque repas ; j’avais déjà depuis quelques temps limité, ma consol, mais j’avoue une carnivore comme moi depuis 40ans, y a des « habitudes » et c’est ça qui me tue car ce ne sont que des habitudes…. suite à une visite en juin chez la diététicienne pour un prb de surpoids non négligeable elle a sauté au plafond de m’entendre lui dire comment je mange. Dans son cas ce n’est pas la cause animale (quoique j’en sais rien en fait) mais surtout que avec nos vies sédentaires (on est d’accord tous pour dire que la majorité d’entre nous ne fait pas 2 marathons par semaine…)on n’a pas besoin de toutes ces protéines….ma prise de ‘conscience’ n’est pas rapide, mais ton sujet m’a fait d’autant plus réfléchir, je n’ai pas encore été voir le lien de la video qui a fait tilt ton mari mais je vais le faire tres vite….mais déjà rien que ce que tu racontes sur le merino ma glace d’effroi également….pareil, je pars au boulot ds qq minutes mais je prendrais le temps d’aller lire les references que tu cites qui expliquent ces pratiques, et je crois que je ne regarderai plus mes laines mérinos (ou autre?) de la meme manière….
    merci à toi de ce partage sans jugement et fort utile à ceux qui comme moi se rendent compte que notre monde ne tourne pas vraiment rond mais on parfois besoin d’électrochoc pour agir…

    celine

  37. annette dit :

    Coucou ! Merci pour cet article. Je partage le même souci que toi sur l’origine de la laine. Depuis quelques temps, je m’intéresse aux races de moutons « rares » ou moins célèbres que le mérinos : les races de mouton ont souvent été sélectionnées pour leur intérêt dans l’élevage « viande », ce qui menace des races anciennes dont la laine est moins célèbre que le mérinos… c’est passionnant de commencer à « voir le mouton » derrière la pelote et découvrir toute la diversité qui s’y cache ! Tu as la laine islandaise, bien sûr, mais aussi les races des shetlands… ce qui est super, c’est que des designers s’y intéressent et mettent en valeur ces laines avec des modèles eux aussi inspirés de la région.
    Et quand on lit les articles sur Wovember, cela réconcilie avec l’élevage quand on voit le soin et l’amour qu’ont certains éleveurs pour leurs bêtes…

    … n’empêche, je le testerai bien, ce fil de chanvre, moi, je guettais sa sortie depuis un moment – seul bémol, il est un peu cher pour mes finances du moment. :/

  38. Malilène dit :

    je suis omnivore à dominante carnivore depuis 48 ans…..
    je suis en pleine réflexion sur manger ou ps de la viande.j’avoue que ce qui me me motive à ne plus manger de protéine animale c’est bien plus le problème de nourrir toute la planète que la condition animale. Mais voilà l’idée de ne plus manger de viande me déprime. pour résumer mon addiction est plus forte que mes convictions.
    Par contre je n’avais jamais pensé à la laine, à la façon dont ont pouvait traiter les animaux. Là je me sens capable d’agir et de réfléchir avant d’acheter. Merci de m’avoir ouvert les yeux.
    Je vais regarder avec soin tous les sites évoqués dans les commentaires, et attendre patiemment que tu nous commentes tes essais
    Bonne soirée

  39. tic@ dit :

    je ne suis pas végétarienne mais notre consommation de viande est raisonnée. C’est une réflexion qui demande un cheminement, car le poids culturel est immense, et rien que cette réflexion, c’est déjà un petit ruisseau. Je n’avais jamais envisagé que la tonte des moutons puisse poser un problème éthique, et je suis scotchée! merci Elise d’avoir soulevé ce lièvre. Tu sais que je pense à toi très souvent grâce à tes anneaux marqueurs qui me suivent partout?

  40. fileur dit :

    bravo pour votre article !!’ nous sommes totalement dans cette démarche ; nos laines proviennent d’élevages locaux, français, que nous connaissons et qui respectent les animaux !

  41. [...] Je peux enfin vous annoncer la sortie officielle de Sablier ! Ce patron est le fruit d’une collaboration avec les laines Kaneh-Bosem, dont je vous parlais il y a quelques temps. [...]

  42. mathurine dit :

    Bonjour, et ce test alors du fil de chanvre :-) ? Rupture de stock chez kaneh bosem mais voila il ne fallait pas reflechir trop longtemps:-)alors je patiente avec le tout doux fil ostane. Merci pour votre belle collaboration!