TATUM_17

Questions existentielles

Une fois n’est pas coutume, je vais étaler mes états d’âme créa. C’est à dire que je me pose vraiment plein de questions. Je suis de nature curieuse, je teste plein de domaines (laine feutrée, bijoux, couture, tricot, un peu de crochet mais jamais jusqu’au bout, la teinture, maintenant j’ai envie de tester le filage entre autre). Mais à ses tout débuts, ce blog était exclusivement couture, il faut le rappeler.

Sauf que voila ! De la couture, il n’y en a point eu depuis au moins décembre (accessoire iPad) et pire, depuis Juin pour le dernier vêtement !

 

Entre juin et aujourd’hui, il y a eu plein de ratés : des projets avortés, des tissus coupés, cousus, un résultat non mettable, non rattrapable (en liberty ou en tissu IE, ça fait mal au cœur), pénible, des mises de côté, des tentatives bis de sauver le tissu, des éponges jetées, des vêtements à moitié finis mis à la poubelle (sacrilège !), des flemmes de faire LE manteau prévu depuis 2 ans,et enfin, un abandon complet de la couture (accompagné d’un évident sentiment de culpabilité).

J’ai touché le fond cet hiver, en hésitant à plusieurs reprises sur l’organisation d’un vide placard définitif, à inviter les amies à la maison, sur un mode « tout doit disparaitre, je ne coudrais plus jamais ». J’ai même essayé de mettre à l’épreuve mes convictions en imaginant des scénarios catastrophe : « Et si je vendais ma machine à coudre et ma sur-jeteuse, je le vivrais comment ? », et de voir comment cela résonnait. Je dois avouer que l’idée de me séparer à tout jamais de mon matériel m’angoisse un peu.

Pourtant, j’adore les 5 derniers vêtements que j’ai produit (à l’exception de la robe portefeuille). Je ne m’y attendais pas, j’étais bien lancée, l’an dernier, et puis subitement pouf ! Tout ce que je réalisais état pourri.

Et puis, voilà, hier, petit shopping fringue principalement motivée par le fait que je n’ai rien de « propre et classique pour les clients », et grosse déception : tout est trop étriqué, mal conçu, les jeans où je me tortille sur place pour les enfiler et où je ne pourrais les supporter qu’à la condition que je décide de ne plus jamais respirer, bref, je suis rentrée bredouille. Et surtout, grosse peine : la robe MAGNIFIQUE de mes rêves  qui était trop mal conçue, et que j’ai du reposer sur un cintre à contre cœur.

Alors que mince, je sais coudre !

Donc, je me suis lancée une idée : je vais « essayer » de la reproduire. Ce sera le défi final.

  •  Si j’en suis heureuse, je vais reconsidérer à nouveau la possibilité de coudre un peu pour moi.
  • Si c’est le fiasco, j’abandonne définitivement, je procèderais à la revente intégrale de mon stock de tissus !

Ça va être un challenge pour moi, car j’ai perdu totalement confiance dans mes compétences couture l’an dernier.

Je n’ai moi-même aucune idée de l’issue de tout cela. Disons que ce long week-end de pâques sera décisif !

 

Et vous, ce week-end de pâques, il sera orienté comment côté créa ?

 

 

22 réflexions sur “ Questions existentielles ”

  1. Wow c’est un gros ultimatum à un projet de couture… est-ce que la couture devrait avoir de tels enjeux? C’est normal d’avoir des périodes moins inspirantes, avec des résultats décevants… mais cela revient toujours! même si cette période de découragement dure depuis des mois!!
    Bon je n’ai jamais fait de couture. Par contre en ce moment je passe à travers une grande période de culpabilité, parce que chez moi j’ai un violon et une contrebasse qui trainent dans un coins et que je n’y ai pas touché depuis 2 ans…. pourtant j’en jouais assez souvent et plutôt bien pour une simple amateur…. mais la motivation d’en faire un peu à tous les jours est parti… c’est en quelque sorte sorti de ma routine… et maintenant à chaque fois que j’essaie d’en faire un peu le son est catastrophique et je me décourage….

    je me suis posé la fameuse question de la vente moi aussi…. mais si je pense aux moments de plaisir, de défoulement total que j’ai eu en jouant.. plutôt qu’aux mauvais moments… je ne me rend compte que je ne peux pas me séparer de mes instruments.. parce qu’ils font partie de moi.. et qu’un jour je vais ressentir le besoin d’en jouer.. même si le son va être horrible par manque d’entrainement… je sais que je vais en rejouer… même si ce n’est seulement qu’à 70 ans!….

    alors voici un petit conseil d’une fille pas toujours très motivée… la clée.. c’est d’arrêter de se sentir coupable de ne plus faire aussi souvent quelque chose qu’on aimait tant… parce qu’après tout… on le faisait par plaisir… et non par obligation… avec des conséquences au bout d’un projet… pourquoi ne pas attendre que le plaisir de coudre revienne tout simplement?

  2. c’est normal d’avoir des périodes de découragement en loisirs créatifs. On a souvent de super idées et quand la fin de la création arrive, on se rend parfois compte que le résultat n’est pas du tout à la hauteur de nos attentes préalables. Cela dit, je pense comme Trollivier ci-dessus: si j’étais toi, j’attendrais juste que l’envie de coudre revienne, et je ne me mettrais pas trop de pression pour réaliser « le » vêtement parfait, c’est en forgeant qu’on devient forgeron! 😉

  3. Même dilemme que toi Elise, depuis que je teins, file, et tricote, j’ai littéralement abandonné machine à coudre et sur-jeteuse… C’est culpabilisant et frustrant, et quand je regarde mon stock de tissus je flippe !! Cependant, récemment j’ai eu besoin de pantalons et j’en ai fait 3, dont un très réussi… Alors je me dis que je ne suis certainement pas prête à en finir avec la couture…
    Moi ce week-end, je teins, carde et file 😉

  4. Wooowwww!!!! Sacrilège!!!! Quelle mauvaise idée d ‘abandonner… Si tu as un grenier, un grand placard, une cave, un garage, un box ou tout autre chose qui puisse te permettre de cacher tout le matériel pendant cette mauvaise passe, FAIT LE!! Et dans quelques semaines, mois et pourquoi pas années, tu seras ravie de retrouver ton matériel si jamais d’un coup d’un seul il te fallait absolument coudre un truc genre bodie, tout de lit, gigoteuse panier à chat, plaid, taie d’oreiller… Bref, n’importe quoi mais un truc que tu voudrais Home Made …. Quelle mouche t’as piquée??? Bon après si tu n’as pas d’endroit où tout remiser… Heu… Un garde meuble?? NOn franchement à part le tissu qui lui peut effectivement être revendu et te permettre de te faire plaisir sur de jolies laines , le matériel, ça se garde, ad vitam… Enfin c’est mon avis… Allez, les beaux jours reviennent et certainement que les envies de vêtement Home Made aussi… Ne te mets pas tant la pression!! :) :) :) sinon pour la part ce WE sera tricot/ crochet/ tricot/ couture/ crochet …. Overdose pour avancer au Max mes projets qui courent sur trop de temps!!

  5. Couturière depuis peu j’admire tes réalisations et quand je vois ce que tes mains et ta machine ont pus créer, moi je me dis que se serais franchement dommage de passer à côté de ce don là (et oui tout le monde n’a pas des doigt de fées).
    En tout cas moi je continuerais à regarder tes créations avec envie et à en prendre de la graine.

  6. Oh la la, question existentielle effectivement… Tout le monde a des hauts et des bas, je ne pense pas que revendre ta MAC et ta surjeteuse te ferait du bien… Vaudrait mieux les ranger dans un coin et attendre que la vague passe, c’est toujours bien pratique à avoir sous la main.
    Et c’est normal de s’éparpiller un peu dans les loisirs créatifs (j’ai fait pareil, commencé par la couture, puis tricot, puis teinture de laine, puis filage, je suis même passée par la fimo pour me faire des marqueurs de tricot…). Ca fait du bien de découvrir de nouvelles choses, de se poser sur un truc et de changer (on s’ennuierai sinon, non? 😉 )
    Pour la couture, je pense que ça va revenir, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas! Ne pas perdre confiance! Des epic-fails, on en a toutes eu.
    Courage pour ta robe et ton public (nous autres ici) te soutient! 😉
    Bon week end de Pâques!! De mon côté, ce week end, va falloir que je me trouve un nouveau projet parce qu’en dehors de ma laine à filer (en cours), je n’ai plus grand chose à me mettre sous la main… Alors, je vais partir à la recherche de nouveaux patrons, couture ou tricot.

  7. Je suis d’accord avec tout le monde: stop à la pression!!! Si tes tissus te sortent par les yeux, vends-les (ou troque-les) mais garde tes machines. Pour plus tard. On ne sait jamais…
    De mon côté aussi, point de couture depuis longtemps (encore moins de vêtements, d’ailleurs, trop peur de me planter, je préfère les petits modèles et les accessoires, pareil en tricot), moins de tricot aussi, plus de crochet. Je vais d’ailleurs essayer de finir ma granny stripe blanket. J’aimerais aussi me faire une tenue sympa mais voilà, c’est pas le moment, c’est juste une phase, je suis sûre que ça va finir par revenir, va juste falloir oser un peu.

  8. Moi aussi je pense que la créativité n’est pas un long fleuve tranquille, et nous fait passer par des moments de pleinitude comme de grands creux. Par contre, à l’expérience, j’ai remarqué que ces moments de vide sont souvent source de créativité future… et autre. Comme si cela travaillait à notre insu. C’est frustant, et pourtant, tellement humain ! Ne te mets pas trop la pression, laisse les choses venir pour juste pouvoir les accueillir quand elles surgiront. Peut être que cette robe est un déclic. Peut être pas. Mais ce qui compte, dans cette attente, c’est le plaisir que tu as recontacté de ce que tu faisais avant. Du moins à mon sens 😉

  9. C’est bien pour ça que je suis bien contente de ne pas savoir coudre! :p (je suis méchante)

    Plus sérieusement, Elise, dans tout ce qui touche au domaine de la création (tu sais quel métier je fais), il faut savoir accepter de pas toujours être satisfait de soi-même, de ne pas toujours avoir le résultat escompté, de travailler très dur, parfois pour rien. ça arrive à tout le monde, même à des gens bien, parce que…. parce que nous ne sommes que des humains.

    Si j’étais toi, je ne prendrai pas de décision définitive, ni ne m’arrêterai trop longtemps. Tu devrais au contraire faire ce que j’appelle une « rééducation ». Commencer par des petites et/ou faciles choses, forcément gratifiantes, et d’augmenter le challenge petit à petit (ou plutôt, ton niveau d’exigence, parce qu’en fait, il est question de ça plutôt que du résultat purement objectif) C’est au travers de plusieurs petits succès que tu vas reprendre confiance, et donc retrouver le plaisir de faire ce que tu faisais si bien et avec tant de joie et également de te lancer des défis.

    Mets la pression au bon endroit: oblige toi à continuer coûte que coûte, du mieux que tu peux, plutôt qu’à atteindre absolument ton idée de la perfection.
    Voilà mon avis. Fais en ce que tu veux :)

    ps: j’adore ta robe « peacock ». C’est en regardant tes robes que je me dis « moi aussi j’aimerai savoir coudre » (d’ailleurs, je vais essayer cet été! enfin j’espère)

  10. Je pense que c’est juste une mauvaise période « couture » et une grosse période tricot… Pourquoi ne pas ranger tout simplement tes machines quelques temps??? Mais pas les revendre car c’est quand même un investissement énorme (surtout si tu es contente de ton matériel). Je suis SURE qu’il y a des événements de la vie qui te feront retrouver le chemin de la couture, et là, ça serait vraiment dommage de devoir tout racheter…
    Ne te mets pas la pression, coudre doit avant tout rester un plaisir et non une obligation…
    Vue le talent que tu as (et oui, tu sais coudre, c’est sûr!) je pense vraiement que ça serait dommage d’arrêter…

  11. faut pas s’inquiéter il y a des périodes comme ça où on arrive à rien et où on se démotive très vite 😉
    Allez je suis sure que tu vas reprendre avec le soleil qui revient ^^

  12. Aaaaahhh, je t’envoie le maximum d’ondes couturesques positives ;-))))

    Moi aussi, j’ai des tonnes d’envie de couture et quand je vais dans mon atelier, ce sont toujours mes écheveaux qui l’emportent, pfffff…. Mais pour rien au monde, je ne me séparerai de mes bêbêtes à coudre 😉

    tes anneaux marqueurs sont super mignons, je viens de les recevoir ! J’ai craqué à la suite d’une commande de laine chez Caroline qui m’a gentiment joint 2 anneaux faits par tes petites mains !

    allez allez, tu vas la réussir ta robe de tes rêves ;-))

  13. Je n’arrive pas à croire ce que je lis après notre aprem de samedi ! quand je repense à tous les conseils que tu m’as glissé, ce serait trop dommage que tu arrêtes.
    Je cousais pas mal quand j’étais au Bénin et je faisais mieux que ce que tu as vu. Et puis, j’ai dû faire une série de projets nazes et du coup, je n’ai pas retouché à une machine (sauf Samedi). Je suis tout à fait d’accord avec Dona. Reprends petit à petit. Si j’ai eu envie de reprendre, c’est grâce aux robes des photos. Moi aussi j’ai envie d’en avoir d’aussi jolies !!!

  14. oh nan, ne doute pas, je pense que l’on vit toutes ce que tu vis et heureusement ça passe, reprends avec du facile… et op’ le plaisir reviendra…

  15. J’ai découvert ton blog très inspirant et tes superbes créations il y a peu de temps. Alors même si tu es dans une période de doute, j’espère que ce week-end te sera profitable. Tu la réussiras la robe sur mesure de tes rêves !
    Je vais profiter de ce week-end pour terminer mon gilet Parthenay (soit dit en passant, depuis hier, j’ai recommencé trois fois la bordure que j’improvise…) et rechercher un modèle d’écharpe que je tricoterai avec un des écheveaux que j’ai gagnés en participant au concours pour célébrer l’ouverture du site « In the loop » que j’adore !

  16. Quand on a la touche pour sublimer les ouvrages tricot comme toi, on doit pouvoir aussi sublimer les ouvrages couture, non ?
    Des ratages, il y en a tout le temps, c’est ce qui fait avancer. C’est juste un peu frustrant quand ça s’enchaîne.
    Ça va bien se passer…

  17. Alors…..par où commencer!!!! Je couds depuis que j’ai 12 ans, donc ça fait 16 ans!!!! Des hauts et des bas, mon dieu j’en ai eu. J’ai laissé tombé la couture en arrivant à la fac, plus envie, pas contente de mon travail. Et petit à petit l’envie est revenue, avec des petits projets, sans trop de détails sans ambition, histoire de me faire plaisir. Les machines garde les dans un coin, c’est un bien trop précieux, les tissus enferme les dans une boite ou un placard…en les oubliant tu referas des trouvailles au moment voulu et connaissant tes choix de tissus au pire tu trouveras preneuse si vraiment tu ne les supportes plus. Parfois il faut accepter de ne plus avoir l’étincelle, accepter de se laisser le temps. Tu fais vraiment de jolies choses et tellement « toi », des choses que tu ne retrouveras pas dans le commerce. Laisse toi le temps, tu verras un jour tu seras pressée de ressortir tout ton matériel pour notre plus grand plaisir et le tien avant tout…

  18. Coucou !
    Comment perdre confiance en couture quand je vois cette robe en Liberty Caesar !!
    En tout cas je te souhaite de réussir cette très belle robe Caroll.
    Ca m’arrive aussi d’avoir des p’tits coups de moins bien en couture ! et puis ça revient.
    @bientôt

  19. Ah non, non, non, non!! Elise on ne se laisse jamais abattre, mais quand tout paraît impossible! Comme tu l’as si bien expliqué, on est jamais mieux servi que par soi-même, donc n’abandonne surtout pas la couture! Après tout le temps , l’investissement et tes jolies réalisations, ce serait vraiment dommage de s’arrêter en si bon chemin! Les passages à vide ça arrive à tout le monde, si tu as besoin de faire une petite pause, fais-en une, et remets toi à la couture en reprenant par un ouvrage simple histoire de reprendre confiance en toi! Et je suis persuadée, que bientôt tu nous feras un petit billet sur la robe de tes rêves!!!

  20. Si tu abandonnes, tu le regretteras … un jour ou l’autre, tu auras envie de tester un nouveau truc, et tu auras besoin d’un morceau de tissu sous la main (n’as-tu jamais eu envie de tricoter/crocheter avec des bandes de tissu déchiré ?!)
    Pour se motiver, le plus difficile, c’est de trouver le bon projet. Choisir une coupe, un patron, un tissu, c’est ça que je trouve difficile dans la couture, avec le côté irréversible (ou presque) une fois que c’est coupé. C’est vrai que le tricot, ça s’essaie au fur et à mesure, ça se défait, ça se refait, c’est plus modulable.
    Alors pour ne pas te louper, choisis qqc dont tu es sûre : revisiter un patron déjà testé, par exemple. Pourquoi ne pas reprendre le corsage de ta petite robe aux plumes de paon et le rallonger pour en faire un top ? Dans un tissu pas trop cher, histoire de reprendre en douceur et de ne pas te mettre trop de pression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *