17 bulky line

Développer l’oeil critique

Ca fait des semaines que j’hésite à développer un nouveau type de tutoriels ici. Et puis, je suis tombée sur ce billet en anglais, génialissime !

Le concept est osé : attirer l’attention sur des photos de patrons de tricot (publiés dans des magasines par exemple), et détailler avec le lecteur les lignes, des « trucages » du mannequin, pour réussir à passer au delà du shooting photo de « mode » et réussir à vraiment identifier les points clefs.

Je vous avoue, en voyant ce billet, je me suis dit « oh purée ! elle a osé ce que je réverais de faire ! ». Pourquoi ? Tout simplement parceque je pense que c’est en passant en revue certains styles que notre oeil critique se développe. On pourra utiliser cette capacité pour choisir des modèles qui nous vont, et pas juste « parceque la photo est jolie ».

Voici quelques images issues du billet en question :

Crédit photo : http://samuraiknitter.blogspot.fr

Alors, une fois de plus, je fais appel à vos lumières :

Si j’étais emmenée à réaliser une série de billets sur le sujet, comment faire pour éviter de tomber dans la critique d’un créateur ? Faudrait-il uniquement analyser de « vieux patrons » désuets, pour ne choquer ni froisser personne ? Comment éviter d’être négatif tout en étant pédagogique ??

Si vous avez des idées, je vous en serais très reconnaissante.

31 réflexions sur “ Développer l’oeil critique ”

  1. C’est une très bonne idée, pile dans une tendance portée par les émissions de Christina Cordula par exemple. Je suis d’accord avec toi en ce qui concerne l’exercice de l’oeil critique et donc ton projet m’intéresse beaucoup. Je suis sûre que tu feras ça très bien, en attirant l’attention sur les détails qu’on ne remarque pas ou qu’on ne sait pas expliquer et en évitant la critique bête qui n’apporte rien. A bientôt !

  2. Coucou et beau dimanche….
    En effet ton oeil me fait de l oeil!!
    Ton idée est géniale…on trouve parfois de jolis modèles :super; mais pas toujours à notre morphologie ou alors trop lache de côté,épaules trop tombantes,….ou simplement très beaux mais pas toujours pratique pour les porter!
    J attends la suite de ton aventure….pour les critiques :ben y en aura toujours et pas souvent crédibles.
    Ce qui va pour une n ira pas nécessairement à toutes…
    Bisous

  3. Une idée très intéressante, l’analyse n’est pas négative et ne devrait pas vexer; mettre en évidence certains points, astuces ne peut qu’apporter de nouvelles recherches et interrogations pour mise en pratique du sur mesure; tout cela est dans la continuité logique de ton travail me semble t-il.

  4. Elise, je crois qu’il ne faut pas craindre de critiquer ou d’analyser, il y a des critiques d’art, de cinéma, gastronomiques, de mode aussi… Tu pourrais avoir un angle d’attaque sur la forme du vêtement non adapté à la plastique du mannequin, en disant que ce pull serait plus seyant sur une personne ayant plus de hanches ou plus de poitrine…et que justement la pose du mannequin fait penser que le pull en question ne lui va pas tant que ça, et qu’elle essaie d’accentuer la finesse de la taille par exemple… De toutes façons, certaines d’entre nous, à force de tricoter savent très bien que les explications de tel ou tel designer sont nulles, ou qu’elles taillent trop grand, ou trop petit …

  5. Elise,
    Pour répondre à ta question essaie peut être de te mettre à la place des créateur !!! 😉
    Je pense qu’au delà de ceux et celles qui seront un susceptibles, c’est très constructif et intéressant d’avoir un retour pertinent sur les créations.
    Ensuite une critique n’est pas toujours négative.
    Et enfin, les critiques permettrons de mettre en valeur les plus et les moins en fonction des morphologies. Ce qui va à l’une n’ira pas à sa voisine mais vice versa.
    En bref, n’hésite pas. Tu fais ça avec gentillesse comme toujours et ça passera.

  6. Elise, j’ai lu l’article auquel tu fais référence – il est critique dans le sens où il pointe des défauts mais il est constructif dans le sens où il est factuel : la critique est constructive lorsqu’elle s’appuie sur des faits. les tricoteuses ne sont pas des moutons 😉 … mettre en avant que tel patron est destiné à telle morphologie plutôt qu’à une autre, que deux rectangles assemblés ne suivront jamais les courbes du corps féminin, c’est éviter bien des déceptions et des ouvrages boulets laissés à l’abandon. Je pense qu’avec ta logique, ta diplomatie et ton oeil averti, tes remarques seront bienvenues …

  7. Pour répondre à la question que tu te poses, je ne pense pas que le fait d’analyser les lignes de patrons actuels et/ou de créateurs tendance serait mal perçu! Cela ne signifie pas que tu ne vas dégager que ce qui est négatif! Si ça se trouve certains lignes ne seront pas pertinentes ou peu peu seyantes alors que d’autres seront vraiment des pépites d’imagination.
    Se limiter à des anciens designs seraient dommage, car les « codes » ont changés…
    En tout cas l’article est vraiment très intéressant!
    (génialissime, tu as écris généralissime, la correction automatique est peut être passée par là!)

  8. Je crois que beaucoup d’entre nous ne sommes pas dupes des photos de créateurs et c’est aussi pour ça que les test knit ont autant de succès. Combien de fois j’ai vu un pull à tomber sur la page de présentation et en feuilletant les différentes réalisations sur raverly mon avis à totalement changé.
    Comme toutes les photos de châles ou d’écharpes toujours superbement drapées pour qu’on ne voit que l’endroit. J’ai beau regarder les photos sous tous les sens je n’arrive jamais à me rendre compte comment ça va réellement tomber dans le vraie vie, quand on bouge et qu’on ne fait pas toujours attention, et que, horreur, on voit l’envers du point. Ca serait un peu sympa de voir le châle sous toutes les coutures de temps en temps.
    Sinon, pour revenir à ta question, peut être que si tu passes en revue aussi tes créations pour en ressortir les points positifs et négatifs cela passera mieux si tu le fais pour les autres, en essayant d’être le plus constructive possible.

  9. Il y a aussi la Photoshop touch qui induit beaucoup en erreur…

    Je pense aux magazines Phildar… J’ai tricoté un pull coup de coeur il y a plus d’un an et j’ai vraiment modifié BEAUCOUP de choses dessus pour obtenir le résultat escompté, celui que nous vend le mannequin !
    En effet, et ça me paraît évident aujourd’hui, le modèle retroussait ses manches, on ne pouvait pas connaître leur longueur (qui étaient trop courtes de 7cm), elle était assise en « petite sirène » donc impossible de se rendre compte de la longueur du pull non plus (que j’ai dû rallonger de 5cm…) etc…
    C’était un modèle avec une forme bustier, sur la photo, nickel, chez moi… très approximatif… C’est pourquoi je parle aussi de la retouche…

    Je pense qu’on s’est toutes faites avoir au moins une fois donc cet article est le bienvenu pour aiguiser davantage notre oeil !

    Comme beaucoup l’ont dit ici, si c’est fait sans arme ni haine ni violence il n’y a pas de raison que tu t’attires les foudres :)

    Bises

    Tiphanie

  10. je suis abonnée à ta newsletter (mais je ne m’exprime jamais) et je constate que tes propos sont mesurés – respectueux

    je ne vois donc aucune raison de ne pas soumettre à l’examen tel ou tel modèle – lorsqu’un créateur publie quoi que ce soit, il doit s’attendre à la critique, bonne ou mauvaise –

    bravo pour ton site

  11. Je trouve ton idée très bonne. Il y a un tas de modèle qui sont « mal foutus » et importables je pense. Tu peux très bien analyser et attirer l’attention des créateurs en précisant selon ton analyse à quelles morphologies s’adressent ces modèles.

  12. D’accord avec la plupart des commentaires. Je suis abonnée à VK, que j’aime beaucoup mais je ne ferais pas la plupart des modèles. Et pendant des années nous avons dû subir les modèles de Tom Scott, tous plus bulky les uns que les autres, sans aucune forme que ce soit.
    Mon premier cardigan était une veste bulky, je ne savais pas que la laine épaisse allait produire un vêtement horriblement chaud et lourd, qui me ferait prendre 20 kilos en l’enfilant. J’ai heureusement pu l’offrir à une jeune amie épaisse comme un haricot vert, du coup la veste lui allait super bien. Mais pour moi qui ait passé la vingtaine depuis un moment et hérité des hanches post- deux bébés, plus jamais de bulky.

    Je suis prête à investir temps et argent pour faire un pull, mais j’apprécie tout ce qui me permettra de faire un bon choix, et d’être capable de regarder les modèles avec un oeil plus critique pour voir tout ce qui ne pourrait pas fonctionner. Alors je pense que tu peux, sans être trop négative ou sarcastique, nous montrer ce qui marche et qui ne marche sur des modèles récents. Plus nous serons exigeantes avec les designers, meilleurs les modèles deviendront. Certains demandent des fortunes pour des trucs relativement basiques sur Ravelry – il est normal de scruter avec attention ces modèles et être en mesure de vérifier si le prix demandé est en accord avec la qualité proposée.

    1. je comprend tout à fait ton point de vue ! Cependant, concernant ton dernier point de vue, je dois dire que j’ai un peu changé petit à petit : il y a aussi une vrai demande pour du simple, du pas compliqué, du « wow », et c’est d’ailleurs l’une des raisons de certains modèles « best seller » (pas tous heureusement). Donc, je pense qu’il y a de la place pour tout le monde !!! :)

  13. Super bonne idée pour avoir tricoter des modèles d’un magazine français qui me plaisait j’ai souvent constaté un décalage entre la photo et le rendu du modèle et de ce fait une légère déception du résultat .Maintenant je fais attention en regardant de près la taille souvent porté plus large ou plus long par le mannequin .Encore merci Élise pour vos articles très instructifs.

  14. Bonjour,

    Tout dépend de ce que tu voudrais faire :

    – une analyse : cerner les différents aspects d’un modèle qui vont faire que ce patron ira mieux à telle ou telle morphologie

    – une critique : donner ton avis, ton opinion sur les qualités et/ou les défauts d’un modèle. Et là tout dépendra du ton que tu utiliseras. Il faut reconnaître que Samouraï Knitter n’y est pas allée avec le dos de la cuillère, mais elle est très drôle (et piquante, incisive et ironique aussi, d’accord). J’espère simplement que son chat va bien ! Ton problème est peut-être que la nétiquette nous a conduit à poster des articles et des commentaires de plus en plus policés (tout devient supeeeeeerbe !!!!!!!!!!! ou merrrrrveilleux !!!!!!!!!!). Emettre une critique en matière de tricot n’est pas si subversif que ça…

    Quant aux créateurs analysés/critiqués, ils apprendront peut être de tes remarques et pourront ainsi nous concocter des modèles encore plus seyants.

    Merci pour ce lien et j’attends tes prochains articles d’analyse et de critique (quels que soient les modèles).

    Tchoury

  15. Je trouve tous ces retours super constructifs, merci ! J’ai bien fait d’exposer mes blocages, vous m’êtes d’une grande aide, toutes :)

  16. c’est une super idée mais en effet à réaliser avec beaucoup de diplomatie… essaie de contacter les designer avant de parler de leurs modèles…

  17. Partir uniquement de l’analyse photo et non de l’auteur et tu ne pourras pas froisser… car souvent, les modèles ne sont pas mis en valeur soit par un modèle trop mince pour un pull ample ou inversement, par une pose assise qui masque des détails ou fait apparaître des plis… des ombres qui gâchent l’effet texturé…
    Enfin cela risque d’être vaste et fort intéressant :)
    Bises

  18. Cela s’appelle de la lecture d’image… Mais en tricot, on a l’avantage, la chance d’avoir des explications écrites. Donc il faut mettre en relation photo et explications puis décoder, sans jugement de valeur.  » Il en faut pour tous les goûts « …
    As-tu pensé aussi aux couleurs et textures ?

  19. Je vais mettre un bémol à tout ce que je lis.

    Je pense que c’est une très bonne idée… mais…

    J’ai lu dans les commentaires plus haut une tricoteuse qui faisait référence au fait qu’après tout il existait des critiques dans de multiples domaines. Mais un critique de cinéma n’est pas un réalisateur, un critique culinaire, pas un cuisinier….

    Il y a aussi l’exemple des émissions de relooking ou cuisine où il y a critique et, dans ce cas-là, les critiques sont généralement des professionnels mais reconnu dans leur domaine et jugeant des amateurs ou débutants.

    Ce que je veux dire, c’est qu’à mon avis, tu es dans une situation délicate.
    Si tu te lances, tu seras à la fois juge et partie. Et c’est d’autant plus risqué

    Je suis d’accord que certains créateurs apprécieraient peut-être d’avoir un oeil critique (et encore) mais que cet oeil soit celui d’un concurrent (même si néanmoins ami) est-ce vraiment une bonne idée ?

    Je ne doute pas que ça part d’un bon sentiment, et je pense d’ailleurs vraiment que l’idée est bonne. Mais, toi même, tu es une créatrice alors le risque est grand d’un retour de baton. Ou de passer pour une personne qui critique des confrères-consoeurs….
    De plus, je ne suis pas sure que commercialement parlant, ce soit une bonne idée, et ce, même si les gens qui lisent ton blog savent que ça part d’un bon sentiment. Et même si, vu la qualité de ton blog, on peut supposer que ce serait fait avec doigté.

    Qu’en penserais-tu si un autre designer critiquait tes patrons ? Même en toute objectivité ?

    Après, cela dépendra peut-être de comment s’est fait….
    Je dois dire que je me suis basée sur l’article que tu as donné où il n’y a pas seulement des remarques du genre : attention, ça n’ira qu’à telle morphologie mais des remarques plus générales qui laisse à supposer que de toute façon, ça ne peut aller à personne ou ça ne vaut pas son prix.
    Je trouve ça intéressant et drôle mais je ne pense pas que j’apprécierai autant l’article si je savais qu’il est écrit par quelqu’un qui vend des patrons également… Ou alors, je serais intransigeante sur les patrons de la tricoteuse en question….

      1. C’est ce que je me disais…

        En même temps, vu les autres commentaires, ils semblent que nous soyons les deux seules à nous poser ces questions :-)

        En somme, c’est à toi de voir…. Si tu le sens et que tu en as envie, après tout, fonce !
        Tu le feras en connaissant les « risques » éventuels et en « assumant les éventuelles conséquences » après tout.

        Sinon, peut-être qu’une autre solution serait d’aborder ce sujet là sur intheloop. Avec une co-écriture… ?
        Parce que le thème est vraiment intéressant et il y aurait tant de choses à dire : sur les patrons, sur les photos de patrons, sur les patrons hors de prix pour un col en point mousse (où il faut monter 100 mailles et tricoter droit pendant 100 rangs), sur les photos retouchées de certaines raveleuses (c’est fou comme, même sur des patterns avec des centaines de réalisations, il est difficile de trouver des photos de projets au dessus de la taille 40 française) mais là, je m’égare :-)

  20. En fait la question essentielle c’est « toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ? ».

    Et honnêtement, je ne sais pas. Je serais tentée de répondre par l’affirmative, même si la critique constructive ne pas pas être forcément perçue comme constructive. Mais c’est cette critique qui fait progresser et avancer, car nous ne vivons pas dans le monde des bisounours.

    Si tu pars sur de l’analyse de patrons désuets, tu auras des formes désuettes, des constructions désuettes et la pertinence (et la crédibilité) de tes propos risque d’en pâtir.

    Tu t’attaques à du lourd mais il faudrait. Ou alors tu pars sur des ouvrages de manufactures du textile dans un premier temps car il doit aussi y avoir à dire ?

    Bon courage Élise

  21. Je pense que ce serait vraiment quelque chose d’intéressant à mettre au point.
    Souvent, j’hésite à acheter des patrons ou des magazines, car sans cesse il y a quelque chose à modifier. Même dans ce qui me semble le plus basique : une jolie finition, une maille lisière qui ferait la différence, des trucs « pratiques » qui évitent qu’on s’échine à cacher ce qui aurait pu être éviter (un fil coupé par exemple).

    J’ai pour exemple un modèle de châle que j’ai acheté pour le tricoter pour une amie, qui est tombé amoureuse au premier regard. J’ai déjà changé toute la lisière, car franchement inélégante (évidemment, sur la photo on ne voit pas cette lisière avec précision). Il y a un changement de couleur tous les 8 rangs, pour lequel on demande de couper le fil. Je pense sincèrement que cela aurait pu être évité (et donc éviter autant de fils à rentrer). Le reste est d’une simplicité … Pour un prix beaucoup trop élevé à mon goût.

    Pour le coup, puisque je crées moi-même des patrons, que je les fais tester et donc je laisse venir la critique à moi pour sans cesse tenter d’améliorer mes modèles, je me demande si ce n’est pas un « défaut » de créateur de vouloir trouver le « patron parfait » (avec tout ce qu’il faut à l’intérieur pour qu’il soit le plus clair et agréable possible), qui justifierait son prix. Où est-ce tout simplement que certains créateurs sont plus exigeant que d’autres ? C’est un autre débat peut-être :). Je débute dans tout ça, mais depuis que je « m’oblige » à corriger tout ce qui peut déranger, j’en suis venue à avoir un oeil critique beaucoup plus sévère.

    Je ne pense pas que l’on puisse froisser un créateur dans ce genre de démarche. Ce que tu tente de faire est une critique constructive. Elle ne pourra qu’aider tel ou tel créateur à s’améliorer. Revoir un modèle, même des années après, ne veut pas dire que le patron est mauvais, juste qu’on peut toujours mieux faire. Il faut savoir apprendre de ses erreurs. Qui plus est, ta critique ne mettra pas forcément tout le monde d’accord, chacun n’a pas les mêmes exigences.
    Je suis assidûment tous les articles que tu écris en rapport avec la construction d’un tricot, tes conseils et astuces, les choses que tu as remarqué entre tes premières créations et les plus récentes. J’ai même parfois peur d’appliquer ce que tu dis (non pas que ce soit faux à mon sens, au contraire, je suis d’accord la plupart du temps et j’apprends beaucoup), de peur de « plagier ». C’est une source d’informations non négligeable. Souvent, ce sont des réflexions que je me suis faites, des choses que j’ai appliquées « pour voir », et un jour, tu les écris sur ton blog, et je me dis alors que je me suis posée les bonnes questions.

    Voilà, je dévies sans doute du sujet (et j’écris un roman), mais je trouve la démarche très intéressante :).

  22. Je trouve cette idée fort intéressante! bien au contraire.
    En ce moment, en couture, plusieurs filles se sont lancées dans un projet wearability project: elles regardent suivant leur morphologie, quel(s) patron(s) conviendrai(en)t, mettent des notes suivant la portabilité, etc…tout cela pour éviter de craquer sur de jolis patrons qui au final ne leur iraient pas.

  23. Je trouve l’idée très intéressante.
    La photo est super importante lors de la présentation d’un vêtement, donc avec la prise de conscience sur sa propre morphologie, je trouve la mise en évidence de ces petits trucs au moins aussi utiles.
    Quelque part, si les bons côtés des photos en plus des petits « trucs » sont autant mis en évidence, je ne pense pas que ce serait vexant, au contraire, ça fait aussi de la publicité pour les créateurs en question après tout…
    Je pense que finalement, le plus délicat, ça sera de ne pas « taper » toujours sur les mêmes !!

  24. C’est une excellente idée, et je suis certaine que vous saurez faire ça très bien, dans le respect du créateur.
    On est parfois déçu par un modèle quand on l’a sur le dos, alors qu’on avait adoré la photo.
    Nous apprendre à bien regarder serait nous rendre un grand service !

  25. J’avais déjà repéré la série d’articles dont tu parles et j’aime beaucoup, car elle m’a permis de mieux regarder les modèles et en particulier à la façon dont ils sont mis en scène dans les catalogues, et en même temps c’est assez drôle. Et elle a beau être assez critique envers VK, cela m’a quand même amenée à m’y intéresser et elle m’a finalement donné l’envie de m’abonner au magazine !

    Cependant cela fait quelque temps qu’il n’y a plus d’article sur le sujet dans le blog Samurai Knitter, et je me suis demandé si elle n’avait pas eu des remarques de la part de l’éditeur. J’avais également lu un article (sur le même blog il me semble, mais je ne suis pas sûre) dans lequel elle expliquait qu’à la suite d’un article comparant des albums de tricots japonais et américains (et qui n’était pas en faveur de ces derniers), elle avait eu des demandes de la part des éditeurs américains concernés lui demandant de ne pas mettre de photos de leurs magazines dans son article car ils n’appréciaient pas cette comparaison.

    Quoi qu’il en soit, je trouve cette démarche très intéressante, mais c’est vrai que c’est plutôt inhabituel dans le monde du tricot. Peut-être parce qu’il n’y a pas de critiques « professionnels » ?
    Sur le choix des patrons, comme quelqu’un l’a dit plus haut, si tu prends des vieux patrons, cela sera complètement décalé par rapport à ce qui se fait maintenant, ce qui perd de son intérêt. Il vaut mieux analyser des modèles récents, même si cela risque de déplaire à certains créateurs, cependant avoir un œil critique ne veut pas dire non plus ne dire que du mal. Montrer, comme dans le blog cité en exemple, qu’il ne faut pas simplement se fier à une photo (prise par un modèle épais comme une planche à pain et qui se tient tordue pour montrer un mouvement qui n’existe pas dans le vêtement) pour choisir un modèle, mais l’étudier de plus près en regardant par exemple les explications. À ce propos, Ravelry est une mine d’or pour voir les réalisations sur des vraies personnes et des morphologies différentes, choses qu’on ne voit jamais dans nos catalogues.

    Dans la mesure où tu portes un œil critique sur tes propres réalisations, comme tu l’as fait dernièrement pour trouver une solution aux plis qu’on peut trouver ça et là dans un pull, cela me paraît intéressant de voir ce qui, dans les modèles proposés par d’autres, pourrait poser problème dans tel ou tel cas. Ce n’est pas dénigrer un modèle que de dire qu’il peut avoir des points faibles ou plus exactement, qu’il n’est pas adapté à tel usage ou telle morphologie. Analyser le modèle, cela peut être aussi calculer le prix de revient si l’on prend le fil préconisé et proposer des alternatives moins chères par exemple.

    Pour résumer, cela me paraît donc une très bonne idée, et cela inciterait probablement d’autres à en faire autant !

    1. ah, dis donc, intéressant ton histoire je vois que tu connais bien son blog (sur lequel je suis tombée par hasard). Sur internet, il y a toujours le risque de l’attaque pour diffamation, malheureusement.

      J’ai connu une association bénévole (du même genre qu’intheloop mais pour l’informatique, sous la forme de gigantesques forums ouverts à tous pour que les développeurs s’entraident techniquement) qui a faillit être ruinée après un procès pour avoir laissé un commentaire négatif écrit par un inconnu ou deux sur un produit. Heureusement on n’en est pas à ce niveau ici. Mais du coup, malgré tous les commentaires et conseils reçus ici, je reste frileuse … Toujours un peu craintive pour le moment. Après tout, je n’ai pas envie de m’attirer les foudres de personnes qui bossent dur tout comme moi sur leurs patrons. Je vais laisser se décanter cette idée donc 😉

  26. Vu le nombre de commentaires ….et leur longueur, le dėbat est passionnant ( et passionné !).
    Pour ma part, je suis preneuse de telles critiques, à condition qu’elles ne soient pas que dans le négatif…oui oui cela a déjà été dit, les critiques ne sont pas que négatives. Je suppose que les commentaires ont été laissés par des amateurs comme moi….mais qu’en pensent les designers ? Est ce que cela ne vaudrait pas le coup de leur tendre une perche pour qu’ils donnent leur avis….via in the loop….ou ravelry….ou…je ne sais pas, mais toi qui est sur un versant professionnel tu as peut être ton idée. En tout cas merci pour ces sujets passionnants autour du tricot, bonne suite à toi.

  27. En tant que designer (et amie !) je pense que tu peux te lancer dans ce type de critiques, et je suis certaine que tu auras la bienveillance et en même temps le franc parlé nécessaire à une critique constructive et pas destructive.
    Par ailleurs rien ne t’empêche de demander aux designers en question leur accord pour que tu « critiques » leur patron, pour moi c’est aussi une forme de pub si tu pointes les éléments intéressants ou originaux comme les défauts. Et dans ce cas tu peux aussi donner un droit de réponses aux auteurs des patrons. Je reçois parfois des questions et messages critiques, j’aime y répondre et défendre mes choix quand ce sont de réels parti pris de design. en plus ça ouvre le dialogue et ça montre qu’il existe d’autre visions et approches que la tienne. En gros ça évite le « moi j’ai raison et eux ont tord » pour moi certains points doivent être discutés et débattus et il n’y a pas toujours « la bonne manière de faire ». De plus en tant que créateur on sait qu’un patron ne peut pas aller à tout le monde et qu’il devra être adapté ou que certaines morphologies ne seront pas avantagées dans ce patron. En tout cas je suis prête à me prêter au jeu de ta critique… Même pas peur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *