Nouveau test de teinture

Cette fois-ci, avec Monelle, j’ai réitéré un nouveau test de teinture alimentaire.

J’ai réalisé 4 gobelets de teinture :

  • G1 : une demi dose de bleu (par dose, j’entend mon unité de dose à moi, c’était probablement 8 graduations sur ma seringue, je ne me souviens plus)
  • G2 : une dose de bleu
  • G3 : 2 doses de bleu
  • G4 : 1 dose de bleu et 2 doses de rouge

Ensuite, j’ai versé le premier gobelet sur une portion d’environ 5cm, à 3 endroits aléatoires, puis le 2eme gobelet sur une autre portion de 5cm à 3 autres endroits, ainsi de suite jusqu’à ce qu’il ne me reste plus de teinture, et que tout soit coloré.

J’ai du malaxer un peu, pour éviter les zones écru, et pour m’assurer que tout était teint, ce qui n’a pas été evident, il y avait toujours des zones à peu près teintes malgré mes efforts, mais j’ai persévéré.

J’ai laissé poser quelques minutes, et j’ai testé la méthode au micro ondes : emballé dans un sac, avec quelques trous pour laisser respirer, et laissé cuire à la puissance maximale pendant 1 minute, puis retourné l’écheveau en faisant attention à ne pas me bruler, et mis à nouveau 1 minute à cuire. Attention, la laine doit être encore bien humide, sinon elle brule.

Je suis plutôt contente du résultat, qui ressemble à ce que je voulais (ou presque), mais je suis en manque d’inspiration pour son utilisation pour le moment. Après avoir acheté des laines parfois sur un coup de tête sans projet précis, vais-je tomber dans le travers de teindre de la laine sans savoir quoi en faire de précis ? hmmm j’espère que non :)

Lors de cet essai, j’ai sentit les limitations de la teinture alimentaire : avec Monelle on voulait essayer un rouge profond et sombre, un peu comme la célèbre couleur « Tart » de chez madelinetosh, et on s’est vite aperçus que le « rouge » alimentaire reste fuchsia quelle que soit la quantité de rouge que l’on met. On a tenté aussi de foncer la couleur en mélangeant du rouge avec du marron, ou du rouge avec sa couleur complémentaire (le vert) mais les résultats tiraient vers le rouge marron clair rosé (je ne sais pas si c’est possible de visualiser mentalement cette couleur :) ) Désolé, je n’ai pas de photos de l’écheveau de Monelle pour illustrer, mais je pense qu’elle en fera quelques photos ce week end.

Du coup, le lendemain, j’ai voulu tester pour la première fois la teinture « acide » avec des colorants en poudre (marque Jaquard).

La teinture acide n’étant pas comestible, il y a de nombreuses précautions qui s’imposent : mélanger la poudre avec précaution avec un papier humidifié pour attirer les poudres qui tombent, porter un masque pour protéger les voies respiratoires, et n’utiliser que des récipients qui seront dédiés et qui ne contiendront plus jamais d’aliments.

Je dois avouer que pendant tout le processus, j’était beaucoup moins à l’aise que pour mon test alimentaire, principalement parce que j’avais « peur de contaminer ma cuisine », ou peur de me verser de la poudre sur moi sans faire exprès et de choper une allergie ou d’affreuses démangeaisons enfin bref, je crois que j’ai flippé de m’empoisonner à petit feu (dit-elle alors qu’elle fume depuis des années ;) ). Peut-être un peu parano ? Je ne sais pas, j’ai pensé à celles qui en font leur métier, j’avais entendu dire il y a quelques années que les coiffeuses par exemple, avec tous les produits chimiques qu’elles utilisent en salon, ont plus de cancer que la moyenne. Allez, je ferme la parenthèse effrayante ;) )

J’ai trouvé difficile d’évaluer le résultat final, car la couleur de la teinture ne laisse pas forcément présager du résultat final. Cette fois-ci le procédé de fixation a été fait à la vapeur, comme pour mon premier essai de mini écheveaux arc en ciel.

J’ai fait 3 préparations :

  • 1 de Silver Gray  (1 tsp (tea spoon)
  • 1 de Silver Gray avec du Black Jet pour avoir un gris foncé (1 tsp de gris et 1/2 tsp de noir, je crois)
  • 1 de Gun Metal (1 tsp)

J’ai mis chaque préparation dans un vieux tuperware, je les ai posés les uns à côté des autres, et j’ai mis à tramper la pelote en même temps dans chacun de 3 contenant, essoré légèrement, puis déplacé la pelote pour tremper les parties écru qui étaient entre les pots. Essoré à nouveau, et mis à chauffer.

Je voulais un gris profond tirant légèrement vers le violet, en tout cas en testant ma mixture sur un bout de papier, ca semblait s’en approcher. Mais évidemment, comme je m’en doutais, on obtient rarement ce qu’on a prévu, surtout au début, et je me suis retrouvée avec une laine bleu et grise, d’une couleur difficile à déterminer :

Evidemment, vu que ce n’était pas ce que j’avais espéré, je ne suis pas très objective sur le résultat, j’ai du mal à savoir si ça me plait. J’en ai malheureusement fait 4 écheveaux, j’étais prête à tester la « reproductivité » (ca se dit pas bien en français, en anglais c’est repeatable qui je trouve exprime mieux le concept de pouvoir reproduire une teinte).

C’est peut-être aussi l’aspect de la laine qui a joué sur le résultat, je crois que je m’attendait à un résultat brillant qui n’était évidemment pas possible avec la nature de la laine utilisée (100% laine). Et puis il y a aussi la dilution, qui je pense était trop diluée dans mon cas. En effet, à prostériori j’ai relu une explication d’Alixv sur Ravelry pour son aubergine foncé : 35 ml de teinture diluée (dilution: un pot entier de poudre 1/2oz qui a été diluée dans 20cc d’eau) pour 100 grammes de laine. Je tiens à préciser au passage que j’ai été impressionnée par sa copie de couleur qui ressemble comme deux goutes d’eau au coloris Stovepipe de Madelinetosh !

Du coup, je les ai retintes, 2 dans un bain de Gun Metal ultra concentré (pour être honnête, tellement concentré qu’après la cuisson ca pissait la teinture et que j’ai galéré), et 2 autres dans un bain couleur Saumon. Ce coup-ci, au lieu d’y aller à la dosette mesureuse en notant tout, j’ai utilisé la bonne vieille unité de calcul connue sous le nom de pifomètre.

Le résultat en images :

Au final, je ne sais pas encore si je suis prête à retenter l’expérience « acide » dans ma cuisine, ça m’a un peu trop angoissé ce côté « attention, toxique », et c’était moins fun que la teinture alimentaire, j’ai trouvé. Pourtant, c’est sensé mieux tenir sur la durée, et surtout ça permet des couleurs bien plus variées et intenses.

La route sera longue pour la teinture je sens :)

Articles similaires :

Les résultats du week-end teinture
Week-end de teinture
Corail
Again, and again
Trousse Rainbow
Dylon again
Je suis tombée dans la peinture
  1. Lolatralala dit :

    J’aime beaucoup tes résultats ! J’ai souvent du mal à obtenir un vrai rouge franc, profond, mais il va falloir que je teste les teintures Jacquard. Pour le moment je n’ai testé que les Ashford et les Rit. Je préfère les Ashford. Quant aux teintures alimentaires, j’ai dû rater un truc !
    Bref, j’adore là ce que tu as pris en photo!

  2. Trollivier dit :

    J’avais hâte de lire la suite de tes expériences de teinture!
    Cela fait longtemps que j’ai envie de me lancer mais le côté ‘produits chimiques’ me fait un peu peur. Je n’avais pas envisagé la teinture alimentaire et je dois avouer que je suis impressionnée par le résultat! Ce dégradé de bleu est magnifique! Cette laine me semble parfaite pour une belle paire de mitaine ou des petits chaussons de bébé.

    À quand l’expérience de la teinture naturelle? c’est elle qui m’intrigue le plus! je rêve d’une belle laine teinte avec des plures d’oignons!

    Merci de partager tout ça avec nous! C’est très instructif!

  3. MoMoCraCra dit :

    J’ai vachement cogité aussi après coup sur la quantité et la dilution pour un écheveau… Je kiffe tes nouveaux essais mais comme toi, je craindrais de faire ça dans ma cuisine. En tous cas, je vais réessayer la teinture alimentaire et aussi le Kool Aid. Je vais refaire des provisions pendant mes vacances ;-) Et sinon, tu as essayé de nouvelles techniques ? J’imagine que oui avec les multicolores. J’aime beaucoup ce qu’a donné la production de dimanche. Je prends des photos et je fais un post ce week-end…

  4. celine dit :

    je lis avec beaucoup d’intérêt tes petites expériences de teintures !! je trouve ça super interressant de voir comment tu t’y prends !! et j’aime beaucoup les dégradés de couleur que tu obtients.

  5. aclh dit :

    Très intéressants, ces articles sur les différentes teintures… Merci ! Du coup je comprends un peu mieux comment tout cela fonctionne.
    Si la teinture alimentaire Vahiné n’est pas assez puissante et celle-ci trop toxique, il existe des colorants alimentaires bien plus puissants que ceux que l’on trouve en grande surface, qui doivent aussi fonctionner pour la laine… Ils sont vendus sous forme de poudre et il en existe de nombreuses couleurs (sur Paris, ils sont trouvables chez G. Detou notamment).
    J’en ai quelques uns dans ma cuisine (que j’utilise pour les macarons, afin d’obtenir des couleurs soutenues), et j’avoue être assez tentée par l’expérience de teindre quelques écheveaux !

  6. mme crochet dit :

    hohoh, superbe cet orange !