Taille, hanches, et morphologie du tricot

Je vous en parlais dans mon dernier billet : ma découverte de la gestion des formes, dans un tricot. Tout est partit à la base de ce constat :

On peut observer sur ce schéma simplifié de mon corps à quel point il y a une grande différence entre la taille et les hanches. J’ai donc passé des années à modifier mes pull pour que les hanches prennent cette courbe. En fait, je ne faisais que suivre les patrons, dont la majorité (pour ne pas dire la quasi totalité) fonctionnent en rajoutant des mailles sur le côté :

Ce qui est très bien pour mes pulls. Mais pour mes gilets, surtout quand je les porte ouverts, je me retrouvais toujours avec une drôle de courbe sur les côtés, qui faisait vraiment moche.

Vous pouvez remarquer la drôle de courbure au niveau des hanches ici à gauche :

Ou ici à droite :

Et pour mes pulls, il est très fréquent qu’ils baille aux reins :

On s’en rend bien compte dans ce gilet, vu de dos :

Au niveau des reins, ca baille, ca ne met pas en valeur la courbe.

Idem pour le dos de ce pull qui baille :

Du coup, j’ai posé de profil :

En observant bien cette figure, et le centre du corps on peut remarquer que  les distances ne sont pas du tout équilibrées : j’ai plus de distance sur le demi devant de ma taille, que dans le demi dos de ma taille. Et que par conséquent, entre l’arrière de ma taille, et les fesses, il y a un énorme écart à rattraper, alors que le demi devant semble equivalent entre la taille et les hanches.

J’ai pu confirmer en pennant mes mensurations :  j’ai toujours eu l’habitude de prendre mon tour de hanches dans sa globalité, de transformer ce tour en nombre de mailles (soit X mon tour de hanches, et Y mon nombre de mailles pour 10cm : (X fois 10) / Y = Z le nombre de mailles que je dois avoir au niveau des hanches), et donc de faire en sorte, en rajoutant de chaque côté (là ou vous avez la ligne bleue) assez de mailles pour obtenir ce Z. Sauf que quand j’ai pris mes « demi » mensurations, j’ai remarqué que ce n’était quasiment jamais équilibré entre mon demi devant, et mon demi dos. Par exemple, pour mon tour de taille qui fait 74cm, en fait il fait 35 dans le dos et 39 devant.

Erreur !

Car on voit que l’ecart à rattraper entre mes reins et mes fesses est important.

 

J’ai donc décidé pour mon projet « Tricot sur mesure » de prendre cela en compte, en rajoutant des « pinces » dans le dos. Et de faire moins de courbe sur le côté, en reportant une majorité de mes augmentations entre la taille et les hanches dans le dos.

Pour résumer, avant, je faisais des augmentations de chaque côté :

Je vais donc essayer de faire moins d’augmentations de chaque côté, et de compléter avec des pinces dans le dos :

Pour ce projet, j’ai aussi décidé de ne pas faire de pinces sur le devant. Je suis partie du principe que quelques augmentations et diminutions sur les côtés suffiront.

Pour la mise en pratique des pinces dans le dos :

  • Soit X mon nombre de mailles à la poitrine (= tour de poitrine +2.5cm)
  • Soit Y mon nombre de mailles à la taille (= tour de taille +5cm)
  • Soit Z mon nombre de mailles aux hanches (= tour de hanches +5cm)
  • Soit a le nombre de mailles que j’ai rajouté sous les aisselles, quand je laisse les manches en attente et que je joins le dos au devant
Nombre de mailles que je vais diminuer entre la poitrine et la taille : a mailles pour chaque côté (chaque flanc) et X – a – Y mailles pour les pinces du dos.
Nombre de mailles que je vais augmenter entre la taille et les hanches (ici, je n’ai pas trouvé une règle, je vais donc tenter un calcul) : a fois 2 mailles pour chaque côté (flanc) et Y – a fois 2 – Z mailles pour les pinces du dos.

 

Ensuite, pour les pinces du dos, il faut les placer à chaque tier : donc je tricote 33% des mailles, je met un marqueur, je tricote 34% des mailles, je met un marqueur, je tricote 33% des mailles. Et je fais mes diminutions / augmentations de chaque côté des marqueurs.

Si j’avais opté pour des pinces devant, j’aurais placé mes marqueurs de façon à avoir 25%, marqueur, 50% marqueur, 25%.

Tout ceci n’est qu’une théorie, et en plus, spécifique à ma morphologie ! Evidemment, nous verrons dans quelques temps le résultat final de ma théorie ;)

Articles similaires :

La méthode contiguous
Etude des morphologies : le rectangle
Etude des morphologies : le "V"
Tricoter du haut vers le bas : les types de construction classique
A propos de l'aisance d'un pull et de la poitrine
La poitrine qui baille ?
Choisir la taille d'un patron
Sur mesure : le point
  1. Teace dit :

    eh bah moi je dis juste WAOUH ! Bon courage et j’espère que ça donnera le résultat escompté, après tant de réflexions ça devrait tomber pile poil sur toi !!!

  2. Carole L. dit :

    Alors là je dis BRAVO comment je me sens comprise ; enfin quelqu’une qui sait ce que ne pas avoir une morphologie classique signifie. J’espère de tout coeur que vos calculs feront en sorte que votre prochain ouvrage soit parfait sur vous ! Et merci encore de votre franchise, ce n’est pas facile alors encore une fois BRAVO !!

  3. Ilythie dit :

    Ouhlala tous ses calculs! En tous les cas le constat est bluffant et me donne envie de me prendre en photos pour faire de meilleures adaptations pour ma morphologie. Bravo et bon courage l’avancée deton projet.

  4. Sabine P. dit :

    Je dis également BRAVO pas facile à faire comme analyse. Je te souhaite de tout coeur de réussir ton prochain ouvrage comme tu le désires.

  5. krisstl dit :

    Ton billet est très intéressant. Bravo pour la cogitation ! J’attends la suite du feuilleton tricotesque ;) bonne fin de dimanche.

  6. alfafa dit :

    On a la même morphologie ou presque (j’ai moins de taille marquée). En ce moment, je modifie le patron du cardigan pour ne pas avoir de taille cintrée mais sous la poitrine, j’ai mis les pinces pour augmenter ainsi qu’aux clavicules pour le dos. On verra ce que cela va donner.

  7. alfafa dit :

    J’ai oublié de préciser que le cardigan est en top down :) donc de haut en bas… soit les augmentations sont du buste aux hanches. Je me dis que je vais finir avec le même effet que tes pulls sans doute ! On verra.
    Bises

  8. Marie Mad' dit :

    Un bel article, franc et réfléchi. Un de ceux qui marquent bien que la blogosphère et bien plus proche de la réalité que la plupart des médias où on voit des brindilles dans des pulls de prêt à porter standardisés.
    (et encore je ne parle pas de la mode des tricots japonais qui arrive chez nous comme si on était fichues comme des japonaises).
    Comme toutes je pense, j’attends le résultat afin de profiter de ton expérience, mais je sais que je ne pourrai pas passer par la case « je me fais un pull » sans passer par la case « j’analyse ma morphologie ».
    Merci encore.

  9. By Gab's dit :

    Heuuuu….
    Un tel article de bon lundi matin… dans ma tête c’est juste le brouillard!! ;) ;) ;) Après relecture, j’ai compris où tu voulais en venir!
    Alors j’ai hâte de voir le résultat. Je ne tricote pas suffisamment de pulls pour en arriver à modifier les modèles…mais tu as tout as fait raison, les patrons de couture sont en permanence modifiés par les bloggeuses donc ça vaut aussi pour le tricot!!
    Bon courage en tout cas, ces calculs ont du te demander un sacré temps!!
    Merci pour cet article qui me servira peut être quand je dépasserai l’étape des éternels châles et bonnets.

  10. Il est très intéressant ton article. D’autant qu’à mon avis j’ai une morphologie proche de la tienne (hanches larges, taille fine, très cambrée).
    Je m’interroge cependant sur ce nombre a. Il est clair que les x, y et z s’obtiennent d’après mesures et échantillon. Mais le a ? Est-ce un nombre « standard », ou alors un nombre obtenu par différence entre x et … le nombre de mailles que tu as avant de laisser les manches en attente, qui celui-ci se détermine comment ?
    Quant à la répartition des diminutions flancs/pinces, tu as choisi de façon arbitraire ou c’est une règle générale que tu as trouvée dans tes bouquins ?
    Merci si tu as le temps de me répondre, et comme toutes j’attends la suite avec impatience !

    • elise dit :

      bien plus tard, j’ai les réponses à tes questions de l’époque :)
      Alors, d’après les ouvrages spécialisés que j’ai lu, le nb de mailles sous les bras est en général équivalent à « 1 inch ». Donc en fonction de ton échantillon, ça donne x mailles.
      Evidemment depuis ma technique à évolué, et je ne fais pas de diminutions sur les flancs, uniquement sur les demi devants et dos.
      D’expérience à présent je dirais que si tes reins sont très cambrés (comme moi) je ferais en fait 2 fois plus de diminutions dans le dos que sur les devants.
      Donc si en gros tu dois faire 24 diminutions de la poitrine à la taille, je ferais 16 dim dans le dos et 8 sur le devant.
      En espérant que ça t’aide :)

  11. Agnès dit :

    Bonjour,
    Avec l’article d’hier, une mine ! Merci Elise de nous faire part de tes cogitations.
    Ma grand-mère disait qu’un vêtement devait s’adapter à notre corps et non l’inverse. Et à chaque fois que je cherche désespérément un vêtement qui m’aille (mais qui donc définit les tailles formatées ? Mettent-ils les vêtements qu’ils imaginent ou bien sont-ils habillés sur mesures ?)… je pense à elle et rêve de coudre mes propres fringues (en réalité, ça va pour mes filles, mais pour moi, je n’ose… Il est vrai que le yoga m’aide beaucoup à me réaligner et donc à être moins cambrée – mais il n’empêche que j’ai moi aussi – comme sans doute la plupart des femmes ayant dépassé l’adolescence – deux tailles « commerciales » de différence entre la taille et les hanches.

  12. elise dit :

    Alors, pour le chiffre « a » j’ai défini ce chiffre un peu au pif : d’habitude, dans les patrons ils font rajouter pas mal de mailles sous les bras, et j’ai toujours peur que ca fasse trop. Pour mon fingering tricoté lâche j’ai opté pour 8 mailles sous chaque bras, j’avoue, au pif, mais j’aurais aussi bien pu regarder sur des patrons de tricot en fingering pour voir combien ils rajoutent.
    Sinon, Elizabeth dans sa technique du percentage system dit que ce chiffre est égal à 8% de ton nombre de mailles pour ton tour de buste :)

    pour la répartition entre pinces et flanc j’ai fait aussi au pif, j’avoue ! je me suis dit « bah tu n’as qu’à retirer les mailles que tu as rajouté sous les bras » :)
    car dans tout ce que j’ai epluché depuis des semaines, je n’ai pas trouvé autant de règles !
    Le nombre de mailles que tu as avant de laisser en attente les manches, il se détermine je pense par tour de bras x2 + tour de poitrine (en rajoutant évidemment ton aisance).
    Du coup quand tu mets en attente tes mailles pour les bras, tu as tout ce qu’il faut.

  13. Charlène dit :

    Je n’ai pas tout compris aux calculs, il faudrait que je relise l’article mais ça a l’air plus qu’astucieux. J’espère que ça donnera le résultat escompté.
    Sinon je suis bien d’accord avec Marie Mad’ concernant la vague de modèles venant du Japon (surtout pour la couture). Pour avoir étudié et vécu là-bas un an, je confirme qu’en effet nous n’avons pas la même morphologie du tout, elles ont la taille et les hanches beaucoup moins marquées que nous et quand on fait une plus grande taille comme moi, ce n’est même pas la peine de chercher quelque chose à se mettre dans les rayons des magasins (les chaussures avec un 39 c’est déjà plus que limite au rayon « dames »).
    Je me réjouis de voir tes prochains modèles calculés ainsi.

  14. maorie dit :

    va falloir que je cogite ça de plus près. c’est super intéressant! je vais tirer ton article et le précédent et lire ça à tête reposée

  15. emilie dit :

    Il est super intéressant ton article Elise, c’est très bien pensé et j’ai hâte de voir ce que ca donne mis en pratique.
    Merci de nous faire partager tout ca !

  16. Tiphanie dit :

    Ouh la la … Je suis contente que tu « dégrossisses » ce sujet car j’ai la même morphologie que toi (en A) !!
    Je me rend compte du travail que cela représente et j’espère que tu arriveras à trouver LE patron qu’il te faut pour t’amuser et avoir des vêtements parfaitement ajustés !
    Quand on te lit tout semble logique mais en pratique c’est une autre paire de manche (si je puis me permettre) !!
    Bon courage :)

  17. Sophidici dit :

    Comme les filles : bravo et bon courage Elise :)

  18. cpourki dit :

    Wahou, les neurones chauffent par ici, j’espère que toute cette réflexion te mènera à un pull qui tu collera à la peau et que tu auras du mal à quitter !!!

  19. caro dit :

    Hate de voir la suite !!!

  20. [...] Morphologie et tricot : les hanches, la taille, les pinces du dos [...]

  21. MelPi dit :

    WAHOU ! je dis chapeau ! comme j’ai une taille pas vraiment standard du coup je ne me suis jamais lancée dans la confection de gilet ou pull pour moi d’une parceque je trouve pas de taille et de 2 je ne saurai pas faire ce genre de calcul !!! et puis ce serait long à tricoter !!!!
    mais je viens de découvrir le fameux pull tube ! j’ai bien envie de tenter !
    en tout cas bravo !

  22. [...] Morphologie et tricot : les hanches, la taille, les pinces du dos [...]

  23. [...] Morphologie et tricot : les hanches, la taille, les pinces du dos [...]

  24. [...] J’ai lu recemment deux articles qui ont fait eccho à cette difficulté de faire des choses pour soi meme qui vont bien (ici et là) [...]

  25. Nathalex dit :

    Un énnnooorme merci pour cet article passionnant que j’ai lu avec avidité, et que je vais m’empresser de tester sur moi ! Bien que je sois toujours très fière des tricots que je réalise pour les autres, je suis toujours déçue par les pulls et gilets que je fais pour moi, en me demandant ce qui cloche ! J’ai aujourd’hui la solution : adapter le patron à ma morphologie ! Merci encore !
    Nathalie

  26. Christine dit :

    Très bon article. C’est ce qu’on fait en couture, jamais on ne travaille en 2 dimensions, mais en trois. Et on adapte un patron à la morphologie. La maille, même si elle est plus souple que le tissu, obéit aux mêmes règles.

  27. [...] vraiment facilement) plutôt que sur les côtés pour faire des espèces de pinces (un peu comme Elise de madewithlove le suggère) et j’ai bidouillé les manches parce que j’avais peur de tomber à cours [...]