Mon premier vètement japonais

J’ai commencé mon aventure japonaise avec ce modèle issu du magasine One day sewing summer clothes 3 :

La bonne nouvelle : peu de morceaux à découper, en tout, entre le fait de devoir décalquer le patron en rajoutant les marges, découper le tissu et coudre, j’en ai eu pour environ 3h de travail.

J’ai tuilisé l’un des cotons plumetis beige (honnètement, j’aurais préféré en trouver un blanc). Le résultat est mitigé :

Ce que je reproche à ce modèle, c’est le fait que ça baille complètement à l’encolure devant. Il me faut mettre les épaules bien en arrière pour que ça ne tombe pas bizarrement : à gauche en photo, posé sur un ceintre, on voit à quel point ça baille…

Je ne sais pas si ca vient du modèle, de la morphologie des japonaises, ou de la drole de façon que les patrons japonais ont de faire les ourlets de l’encolure : il s’agit de poser une sorte de biais puis de retourner tout ça coté envers… Un peu étrange.



Articles similaires

6 réflexions sur “ Mon premier vètement japonais ”

  1. c’est vrai que c’est dommage que ça baille car la coupe est drôlement chouette et originale !
    En tout cas, c’est pas à cause du biais 😉 c’est une technique qui va super bien pour finir les encolures… donc cela vient sûrement du patron

  2. As-tu descendu le buste ?

    pour adapter la couture japonaise à notre morphologie européenne, il faut toujours descendre les pinces de poitrine et allonger le buste. Les japonaises sont plates comme des limandes

    Bonne continuation

  3. non je n’ai pas descendu

    je n’y ai pas pensé mais avec le recul c’est vrai que ca me gène que ce soit aussi haut.
    De « combien » environ faut il descendre le buste en général ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *